www.starquebec.net

Retour à la page d’accueil

Retour au Temple de la Renommée

ALYS

Description : Description : Description : alys

ROBI

(1923 – 2011)

 

Sa fiche-bio

Sa discographie

Ses succès de palmarès

Ses spectacles

Ce qu’elle a animé à la radio

Ses rôles au cinéma

Les livres et documents qu’elle a publiés

Distribution de « Alys Robi »

Distribution de « Ma vie en cinémascope »

Prix et hommages

Crédits et liens

(Source photo : Bruno Hollywood)    

 

 

 

 

 

Sa fiche-bio

Dans la fiche-bio, vous trouverez les œuvres les plus marquantes de sa carrière.

La liste complète de ses œuvres se trouve dans les tableaux subséquents.

 

 

1923

Naissance le 3 février, dans le quartier St-Sauveur de Québec sous le nom d’Alice Robitaille.

 

Son père : Napoléon Robitaille était un ancien cordonnier devenu pompier. La fin de semaine, il est lutteur dans la région de Québec.

 

Sa mère : Albertine Dussault.

 

Elle a deux sœurs et un frère plus âgé : Marguerite, Jeannette et Paul-Émile.

 

Elle a un frère plus jeune, Gérard.

 

Une de ses sœurs, Fernande, aînée de la famille, mourut à un an et demi, emportée par la grippe espagnole. Deux autres de ses sœurs, des jumelles, sont décédées en bas âge dans l’incendie du logement de ses parents.

 

 

1927

Alors que la famille Robitaille assiste à un spectacle de variétés, la petite Alice, âgée de 4 ans, monte sur scène à l’improviste pour aller danser avec les danseurs. Le public a tellement aimé sa spontanéité, qu’elle fut engagée pour aller danser les fins de semaine, avec la bénédiction de son père.

 

 

 

Fier de ce nouveau succès pour sa fille, Napoléon Robitaille l’inscrit à différents cours, dont des cours de chant et de ballet.

 

 

 

Toujours à l’affût de nouvelles opportunités, son père lui déniche de petits rôles dans des pièces de théâtre au Capitole de Québec.

 

 

1928

Alice a 5 ans. Son père l’inscrit au concours des Jeunes Talents Catelli. Alice remporte le premier prix. Par la suite, elle accumule les concours d’amateurs qu’elle remporte tous.

 

 

 

À force de se faire connaître dans différents concours, la station de radio CHRC lui offre un contrat pour la faire chanter dans quelques émissions.

 

 

 

Pour faire connaître davantage sa fille, celui qui lutte sous le nom de Polo décide de lui faire chanter quelques chansons dans l’arène, durant les intermissions, entre les combats.

 

 

 

Elle étudie à l’Académie Notre-Dame.

 

 

1933

Son frère Gérard est happé par un camion conduit par un chauffeur ivre. Le jeune homme reste handicapé à la suite de cet accident.

 

 

 

Elle s’inscrit au concours Major Bowes, un concours international pour les jeunes talents américains et canadiens. La grande finale doit avoir lieu à New York. Malheureusement, la veille de son départ, son frère Gérard a un malaise et Alice décide d’annuler sa participation.

 

 

1934

Elle travaille durant l’été au Théâtre Arlequin avec Rose Ouellette, connue sous le nom de la Poune. À cette époque, la Poune dirige le Théâtre National à Montréal. Impressionnée par Alice, elle lui demande de passer la voir si elle vient un jour à Montréal.

 

 

1935

Elle n’a que 12 ans quand elle réussit à convaincre ses parents de la laisser partir pour Montréal afin de donner un nouvel essor à sa carrière. Se souvenant de l’invitation de la Poune, elle se rend au Théâtre National. Surprise de la détermination de cet enfant, Rose Ouellette l’engage dans sa troupe. C’est à ce moment que la jeune chanteuse change son nom pour celui d’Alys Robi.

 

 

1939

L’été, alors que le Théâtre National fait relâche, elle part en tournée à travers le pays avec la troupe de Jean Grimaldi. Elle n’a que 16 ans lorsqu’elle y fait la connaissance du jeune comédien Olivier Guimond. Même si celui-ci est déjà marié, elle entreprend avec lui une relation amoureuse passionnée.

 

 

 

Elle obtient un engagement à la radio de CKAC où elle devient l’une des vedettes de l’émission « La veillée du samedi soir » aux côtés de Gratien Gélinas et Amanda Alarie.

 

 

1941

Radio-Canada lui propose d’animer l’émission « Tambour battant » aux côtés de Gratien Gélinas.

 

 

 

C’est la guerre et pour participer au bonheur des soldats canadiens, elle entreprend une tournée des camps militaires du Canada.

 

 

1942

Elle enregistre la chanson « Tico tico » qui lui apporte un énorme succès.

 

 

1943

Lors d’un spectacle dans un club de nuit, elle fait la connaissance du réalisateur de Radio-Canada Rusty Davis, qui est accompagné du chef d’orchestre Lucio Agostini. Rusty Davis lui offre un contrat pour animer une émission de radio à Toronto, émission au cours de laquelle elle pourrait chanter des chansons sud-américaines en compagnie d’un grand orchestre.

 

 

 

Ayant accepté de poursuivre sa carrière à Toronto, elle doit rompre d’Olivier Guimond.

 

 

 

Elle se produit en spectacle au Forum de Montréal aux côtés du comique américain Jack Benny.

 

 

 

Elle enchaîne les émissions de radio à Toronto : « Rhapsody Americana », « The Sunday Night Show » et « The Spotlights », mais c’est surtout « Latin American Serenade » qui la fait connaître.

 

 

 

Elle tombe amoureuse du chef d’orchestre Lucio Agostini, qui s’établit à Toronto pour être plus près d’elle.

 

 

1944

Son succès est si important pour le Canada qu’elle reçoit le trophée Laflèche de la meilleure chanteuse francophone, mais aussi de la meilleure chanteuse anglophone.

 

 

 

La même année, un producteur américain lui offre un contrat pour étendre son talent en Europe. Elle s’y rend donc et chante à la radio et sur scène en Angleterre, en France et dans d’autres pays d’Europe. Elle chante surtout à la radio de la BBC de Londres. L’essor international de sa carrière et le succès qui en découle font d’elle « la première star du Québec ».

 

 

1945

Elle reçoit le trophée Beaver de la meilleure chanteuse au Canada.

 

 

 

Devenue vedette internationale, le nouveau statut d’Alys Robi crée des frictions avec son amoureux. La rupture est devenue inévitable avec Lucio Agostini. Le couple se sépare.

 

 

 

Spécialiste des rythmes sud-américains, Alys s’installe au Mexique pendant quatre mois. Elle y travaille avec le célèbre compositeur Gabriel Ruiz. Ayant une grande facilité pour les langues, elle chante autant en français, qu’en anglais et en espagnol.

 

 

 

Durant son séjour au Mexique, elle tombe amoureuse d’un homme d’affaires du pays, Guillermo Gonzales Caramena.

 

 

 

En septembre, elle est convoquée à Hollywood par la Metro Goldwyn Mayer (MGM) pour des screen tests.

 

 

1945-1946

Elle participe à la nouvelle revue « Ça atomique’t’y » pour laquelle Henry Deyglun a écrit des textes et des chansons spécialement pour Alys. Elle y joue aux côtés de Juliette Huot, Fred Barry, Janine Sutto, Mimi D’Estée et Jacques Normand. La revue est présentée au Monument National à Montréal, puis au Palais Montcalm à Québec.

 

 

1946

Un accident d’automobile la force à prendre un peu de repos chez ses parents. Pour la première fois, elle prend conscience de la fatigue qu’elle a accumulée durant toutes ces années.

 

 

 

Elle reprend ses activités à la fin de l’année en se rendant chanter à New York et en devenant une habituée du nouveau cabaret montréalais « Le Faisan Doré ».

 

 

1947

De retour dans sa ville natale, au début de l’année, elle est invitée à signer le livre d’or de la ville de Québec par le maire Lucien Borne. Elle chante aussi au Théâtre Capitole, devant ses proches, et demande même qu’on accorde un place d’honneur dans la salle à son jeune frère, Gérard, qui est toujours handicapé.

 

 

 

Elle est choisie pour participer à la première émission de télévision au monde le 23 juillet. Elle se rend donc à Londres pour chanter devant les caméras de la nouvelle station de la BBC.

 

 

 

Après son passage à Londres, elle retourne travailler à Hollywood. L’épuisement la gagne et elle est de nouveau victime d’un accident de voiture. Victime d’une fracture du crâne, elle est hospitalisée aux États-Unis.

 

 

1948

La fatigue et des problèmes émotifs importants la conduisent à l’internement dans un asile psychiatrique de Québec, l’Hôpital St-Michel-Archange. Elle n’a que 24 ans.

 

 

 

Peu de temps après son internement, son frère Gérard meurt à l’âge de 19 ans. On permet à Alys de sortir de l’hôpital pendant quelques jours.

 

 

 

À cette époque, les traitements psychiatriques sont peu avancés. Alys Robi subit des traitements à l’insuline, des bains d’eau froide et même des électrochocs sans anesthésie de façon répétée.

 

 

 

Un jour, sans avertissement, on lui rase le crâne et on lui fait subir une lobotomie qui consiste à sectionner des fibres nerveuses du cerveau frontal.

 

 

1952

À 29 ans, après 5 ans d’internement, elle sort enfin de l’hôpital St-Michel-Archange. Pendant son hospitalisation, tout l’argent qu’elle a gagné au cours de sa carrière a été dilapidé par des avocats qui géraient ses comptes. Elle doit repartir à zéro.

 

 

 

Peu de temps après sa sortie de l’hôpital, elle décide de ne plus prendre ses nombreux médicaments quotidiens, sans sevrage.

 

 

 

Elle reprend sa carrière en animant l’émission « Jouez double » à la radio de CKVL, une émission qui présentait des chansons, entrecoupées de jeux questionnaires.

 

 

 

Elle chante aussi dans les cabarets de Montréal, mais ce n’est pas facile pour elle de refaire sa réputation, certaines personnes la traitant de « folle » en raison de son passé de psychiatrisée.

 

 

 

En octobre, elle décroche le plus important contrat qui marque son retour sur scène : elle chante pendant six semaines au Montmartre, l’ancien Faisan Doré.

 

 

1953

Elle tombe amoureuse d’un employé de chemin de fer d’origine italienne.

 

 

 

Le 17 septembre, trois mois à peine après avoir rencontré son amoureux, elle se marie à l’église Notre-Dame de la Défense. La réception a lieu au célèbre cabaret La Casa Loma.

 

 

Années 50

Peu de temps après son mariage, elle tombe enceinte. Mais son mari est violent et la bat fréquemment. Un soir, après avoir été battue, elle fut hospitalisée et perdit son bébé.

 

 

 

Le couple se sépare et Alys demande l’annulation de son mariage.

 

 

1956

Le mariage d’Alys est officiellement annulé. Les procédures sont faciles puisque, après avoir été psychiatrisée, Alys était une personne « interdite », ce qui l’empêchait de signer des documents légaux. Son mariage a donc été reconnu comme non valide.

 

 

1961

Son père Napoléon meurt subitement en avril à l’âge de 72 ans.

 

 

1963

Une grande fête est organisée à la Casa Loma pour souligner les 25 ans de carrière d’Alys Robi.

 

 

Fin des années 60

Les cabarets ferment les uns après les autres à Montréal. Alys n’a que peu d’endroits où se produire. Elle chante parfois au Théâtre des Variétés, ou encore dans les clubs gays de Montréal. Mais ça ne suffit plus à gagner sa vie. Elle doit vivre de l’aide sociale.

 

 

1971

Elle est remuée par le décès de son ancien amoureux, Olivier Guimond, devenu lui aussi une vedette adulée des québécois.

 

 

Années 70

Le lutteur Johnny Rougeau ouvre le Mocambo, un club de nuit, et il engage Alys Robi de façon régulière et à des conditions fort avantageuses. Elle peut quitter l’aide sociale et vivre de nouveau par elle-même.

 

 

 

Au même moment, la compagnie RCA Victor lance un album compilation des grands succès d’Alys Robi. Elle renoue avec les médias lors de la tournée de promotion et sa carrière est lancée de nouveau.

 

 

1979

La chanteuse Diane Dufresne présente une chanson en hommage à Alys Robi sur son album « Strip tease ». La chanson s’intitule « Alys en cinémascope » et est écrite par Luc Plamondon. C’est de cette chanson qu’est née l’expression « la première star du Québec » pour désigner Alys Robi.

 

 

1980

Alys Robi lance son autobiographie intitulée « Alys Robi, ma carrière et ma vie ».

 

 

 

Un gala honorant les artistes de cabaret donne son nom à un trophée, les Alys.

 

 

1981

Alys Robi et Diane Dufresne partagent la même scène dans le cadre du spectacle des fêtes de la St-Jean.

 

 

Années 80

Alys Robi participe, au Club Soda, à un spectacle intitulé « Les nuits de Montréal » qui faisait revivre l’époque des cabarets. Sur scène avec elle, on peut applaudir Guilda, Rina Ketty, Pierre Roche et Clairette Oddera.

 

 

1985

Elle est reçue de l’ordre de Malte et de Jérusalem, une décoration remise par le prince britannique Roy de Sea-Land. Cette décoration lui accorde le titre de Lady.

 

 

 

L’un de ses rêves se concrétise. Elle a longtemps milité en faveur d’une maison de retraites pour les artistes. En 1985, le Chez-Nous des Artistes est inauguré et elle en devient l’une des premières résidentes.

 

 

 

Le dramaturge Simon Fortin et la comédienne Guylaine Tremblay écrivent une pièce de théâtre inspirée de la vie d’Alys Robi. « Souriez Mlle Robi » est d’abord présenté au Trident, puis au Théâtre du Bois de Coulonge à Québec et finalement au Théâtre de l’Île à Hull.

 

 

1988

Pour la première fois depuis les années 50, elle retourne à l’institut où elle fut internée, devenue l’Hôpital Robert-Giffard. Elle y participe à un documentaire de l’Office National du Film du Canada, « L’espoir violent », qui traite de la maladie mentale.

 

 

Fin des années 80

Lors d’un passage au talk-show « Ad Lib » animé par Jean-Pierre Coallier, elle fait la connaissance du chanteur et musicien suisse Alain Morisod. Fasciné par le personnage d’Alys Robi, Alain Morisod compose pour elle une chanson qui la fait renouer avec le succès.

 

 

 

Elle met sur pied la Fondation Alys-Robi pour venir en aide aux personnes souffrant de maladies mentales.

 

 

1989

Elle lance un album compilation comprenant sa nouvelle chanson, écrite par Alain Morisod, « Laissez-moi encore chanter ». La chanson devient l’un des grands succès de sa carrière.

 

 

1990

Pour une deuxième fois, Alys Robi se confie dans un livre. Dans cette deuxième autobiographie, « Un long cri dans la nuit », elle met l’emphase sur son internement.

 

 

1992

Aux côtés de Rémy Girard, Renée Martel, Céline Dion et plusieurs autres, elle participe au spectacle de réouverture du Théâtre Capitole de Québec, acheté par le producteur Guy Cloutier. Alys Robi vole la vedette de ce spectacle, étant l’artiste la plus ovationné de la soirée.

 

 

1995

TVA présente une mini-série de quatre épisodes sur la vie et la carrière d’Alys Robi. La série « Alys Robi » mettait en vedette la comédienne Joëlle Morin.

 

 

 

La popularité de la série « Alys Robi » permet à l’artiste de ressusciter de ces cendres. Elle participe cette année-là à plusieurs émissions de variétés et d’informations. Elle renoue aussi avec la scène en présentant un spectacle.

 

 

2004

Sortie d’un film relatant la carrière et la vie de la première star du Québec. Réalisé par Denise Filiatrault, « Ma vie en cinémascope » met en vedette Pascale Bussières dans le rôle de notre première star.

 

 

2011

Décès le 28 mai à l’âge de 88 ans alors qu’elle était atteinte de la bactérie C. difficile.

 

 

 

Après avoir été exposée à Montréal, sa dépouille est transportée à Québec où elle est exposée au Théâtre Capitole.

 

 

 

Le 4 juin, ses funérailles sont célébrées en l’église St-Sauveur, dans la basse ville de Québec, le quartier où elle est née.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa discographie

 

1962

Les succès d’Alys Robi  (compilation)

1980

Ma carrière, mes chansons

1989

Laissez-moi encore chanter  (compilation)

1995

La collection volume 1  (compilation)

1995

La collection volume 2  (compilation)

1995

Les succès d’Alys Robi (compilation)

1997

L’intégrale (compilation)

1997

Alys Robi : 12 chanson (compilation)

2004

Alys Robi : L’anthologie (compilation) (album triple)

2005

Alys Robi – Collection Québec Info Musique  (compilation)

2005

Diva

 

 

Ses disques 78 tours

 

 

1942

Beguine / Le tram

1942

Tico, tico / Amour

1943

La route enchantée / Ma mie

1943

Rhum et coca-cola / Mes rêves sont de plus en plus charmants

1943

Brésil / Je te tiens sur mon cœur

1944

Besame Mucho / Rosalita

1944

Laura / Petite négrita

1944

Lorsque tu reviendras / Dans tes yeux

1944

Adios Muchachos / Chica Boum

1945

Ça atomique’t’y / Ah ça vit, ça va

1945

Le bonheur n’est qu’un rêve / Mamour

1945

Cachita / Symphonie

1945

Viens tout près de moi / Tampico

1945

Sans tes caresses / Si tu m’aimes

1946

Mon chant d’amour / Aimer en vain

1946

Dans un petit baiser / Ah dis-moi

1946

Jalousie / Ah le petit vin blanc

1946

La gypsy / J’ai besoin de toi

1946

Nuit et jour / Chiapanecas

1947

Chaque nuit / J’entends des rumeurs

1947

Tu verras / Zip-A-Dee-Doo-Dah

1947

Sonata / Tout simplement

1948

Je vous aime / Chi baba Chi baba

1948

Dis-moi que tu m’aimes / Les jours sont courts

1948

Mon cœur n’appartient qu’à toi / Un  soir de Carnaval

1949

Ballerina / J’ai deux amours

1949

La danseuse est créole / Tchiou tchiou

1949

La vie en rose / Samba samba

 

 

Ses disques 45 tours

  

1957

C’est Noël / Le pape Pie XII

1958

Anna / Plus je t’aime

1966

Je prie pour notre amour / Mambo à la Francesca

1989

Laissez-moi encore chanter

 

Ses succès de palmarès

(Chansons ayant atteint au moins une quinzième place sur un palmarès québécois)

 

1989

Laissez-moi encore chanter

 

Ses spectacles

 

1941

Tournée des camps militaires du Canada

1943

Spectacle au Forum de Montréal en compagnie du comique américain Jack Benny.

1945-1946

« Ça atomique’t’y », revue musicale d’Henry Deyglun, avec Mimi D’Estée, Lise Roy, Rolland D’Amour, Janine Sutto, Jacques Normand, Juliette Huot et Fred Barry.

1947

Spectacle au Théâtre Capitole de Québec

1981

Spectacle de la St-Jean-Baptiste à Montréal

Années 80

Les nuits de Montréal (revue musicale avec Guilda, Rina Ketty, Pierre Roche et Clairette Oddera)

1992

Un siècle sur scène (spectacle de réouverture du Théâtre Capitole de Québec avec Rémy Girard, Renée Martel, Céline Dion et plusieurs autres)

1995

Spectacle à la Place des Arts de Montréal

 

Ce qu’elle a animé à la radio

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou fonction

  

1939

CKAC

La veillée du samedi soir (avec Gratien Gélinas et Amanda Alarie)

1941

SRC

Tambour battant (avec Gratien Gélinas)

1952

CKVL

Jouez double

 

Toronto

Rhapsody Americana

 

Toronto

The Sunday Night Show

 

Toronto

The Spotlights

 

Toronto

Latin American Serenade

 

Ses rôles au cinéma

 

Année

Titre du film

Réalisateur

  

1988

L’espoir violent (documentaire)

Nicola Zavaglia

 

Les livres et documents qu’elle a publiés

 

Année

Titre

Éditeur

Genre

  

1980

Alys Robi, ma carrière et ma vie

Québécor

Autobiographie

1990

Un long cri dans la nuit : 5 années à l’asile

Édimag

Biographie

 

Distribution de « Alys Robi »

« Alys Robi » est une télésérie en quatre épisodes présentée en 1995 sur les ondes de TVA.

 

 

Alys Robi (adulte)

Joëlle Morin

Alys Robi (adolescente)

Audrey Laurin

Alys Robi (enfant)

Marie-Pier Morand

Voix d’Alys en chansons

Isabelle Boulay

Paulo Robitaille

Roger Léger

Albertine Robitaille

Élise Guilbault

Olivier Guimond

François L’Écuyer

Lucio Agostini

Jean-François Pichette

Rose Ouellette « La Poune »

Dominique Lamy

Juliette Pétrie

Suzanne Champagne

Jean Grimaldi

Bernard Meney

Marguerite Robitaille

Fanny Mallette

Gérard Robitaille (5 ans)

Maxime Desbiens-Tremblay

Gérard Robitaille (bébé)

Mélina Camiré

Gérard Robitaille (enfant)

Rémi Laurin-Ouellette

Gérard Robitaille (adolescent)

Alexandre Mérineau

Directeur de St-Michel-Archange

Raymond Cloutier

Tante Rosanna

Han Masson

Guillermo Sanchez

Allen Altman

Le docteur à Albert Prévost

Christian Laurin

Ralph Peers

Alan Fawcett

Chanteuse

Julie McClemens

Roger, le pianiste

Pierre Benoît

Machiniste

Onil Melançon

Serveur

Denis Trudel

Reynaldo

Jean-Pierre Gonthier

Aline Duval

Lynda Johnson

Baloune

Thomas Graton

Manda Parent

Louise Proulx

Paul Desmarteaux

Louis Champagne

Jeannine

Claire Jacques

Lutteur

Richard Charland

Arbitre

Alpha Boucher

Evelyn Guimond

Cary Lawrence

Le curé du village

Jean-Raymond Châles

L’employé du téléphone

Luc Roy

L’aubergiste

France Labonté

Henry Matthews

Ramon Zamorano

Le directeur de RCA

Nelson Rodriguez

Bus Boy

Luis Enrique Pacheco

Madame Agostini

Claudia Ferri

Enrique le violoniste

Rafael Diaz Catillo

Le gérant du Capitole

Jean-Marie Moncelet

Gabriel Ruiz

Jorge Serrano

Conchita

Hilda Perez

Le magicien

Nevalis

Chanteuse

Zulema Requeiferes Silva

Guitariste

José Ramon Abascal Martinez

Journaliste

Marie-Claude Brault

Journaliste

Jean-Jacques Blanchet

Producteur MGM

Roberto Bertrand

Assistante du producteur

Yamel Oms Rodriguez

L’infirmière

Ginette Boivin

Sœur Ste-Rose

Danièle Lorain

Les patientes

Julienne Boily

 

Dominique Quesnel

 

Ghyslaine Dupont-Hébert

L’orpheline

Nadia Paradis

Les déments

Pierre Dallaire

 

Pierre Hébert

 

Gaétan Hart

 

Frédéric Desager

 

 

Distribution de « Ma vie en cinémascope »

« Ma vie en cinémascope » est un film de Denise Filiatrault sorti en 2004.

 

 

Alys Robi (adulte)

Pascale Bussières

Alys Robi (adolescente)

Noémie Yelle

Alys Robi (enfant)

Ariel Gendron

Paulo Robitaille

Michel Barrette

Albertine Robitaille

Johanne-Marie Tremblay

Gérard Robitaille

Charles-André Bourassa

Olivier Guimond

Serge Postigo

Lucio Agostini

Denis Bernard

Rose Ouellette « La Poune »

Nathalie Mallette

Juliette Pétrie

Chantal Baril

Jean Grimaldi

Normand Chouinard

Manda Parent

Lise Dion

Rosanna

Adèle Reinhardt

Baloune

Martin Cloutier

Jeannette Robitaille

Julianne Côté

Yvon Robert

Patrick Labbé

Camilien Houde

Martin Larocque

Roy Malouin

Paul Doucet

Agent d’Alys Robi

Tony Robinow

Le curé

Frédéric Desager

Le docteur

Pierre Collin

L’arbitre de lutte

Jacques Girard

Le curé du village

René Gagnon

Le neurologue

Robert Lalonde

L’étudiant en médecine

Martin Rouette

Le photographe de New York

Dean Patrick Flaming

Le gérant du Capitole

Yvan Benoît

La caissière du National

Mireille Thibault

Patiente de l’asile

Alexandrine Agostini

Patiente de l’asile

Manon Miclette

Le gardien de l’asile

Fabien Dupuis

Cotroni

Franco Montesano

 

Prix et hommages

 

1928

Premier prix du concours Les Jeunes Talents Catelli.

1943

Torch Singer, prix remis par l’hebdomadaire Radiomonde.

1944

Trophée Laflèche de la meilleure chanteuse francophone et anglophone.

1944

Ambassadrice du bon Accord, décerné par l’Université Laval.

1945

Trophée Beaver de la meilleure chanteuse au Canada.

1980

Miss Cabaret

1985

Reçue de l’Ordre de Malte et de Jérusalem, honneur qui lui accorde le titre de Lady

1995

Intronisée sur la Promenade des Stars à Montréal.

1996

Trophée Coup de cœur remis lors du gala Métrostar

2005

Ordre de la Pléiade

 

Crédits et liens

 

Littérature

 

ROBI, Alys, « Un long cri dans la nuit », Edimag, 1990, 193 pages.

 

ROBI, Alys, « Ma carrière et ma vie », Éditions Québécor, 1980, 155 pages.

 

BEAUNOYER, Jean, « Fleur d’Alys », Éditions Leméac, 1994, 257 pages.

 

COUILLARD, Jean, « Répertoire des succès de la chanson francophone 1950-2003 », Stanké – Québécor

Média, 2003, 511 pages.

 

THÉRIEN, Robert et D’AMOURS, Isabelle, « Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992 », Institut Québécois de la Recherche sur la Culture (IQRC), 1992, pages 418 à 420.

 

ÉCHOS-VEDETTE  Édition Spéciale, « Les 100 vedettes populaires qui ont marqués le XXè siècle », Communications Québécor, 2000, page 77.

 

 

Documents audio-visuels

 

CINÉMAGINAIRE INC., « Ma vie en cinémascope », réalisation de Denise Filiatrault, 2004, 105 minutes.

 

TÉLÉFICTION, « Alys Robi », mini-série en 4 épisodes, scénario de Denise Filiatrault, réalisation de François Bouvier, 1995, approx. 180 minutes.

 

 

Sites internet

(Star Québec n’est pas responsable du contenu des liens proposés)

 

Québec Info Musique

Rêver en couleurs

Gala Records

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke

Le Parolier

 

(Veuillez nous aviser de tout lien défectueux en nous écrivant)

 

 

Le coin du consommateur

 

Achetez le CD « Alys Robi – Diva »

Achetez le DVD « Ma vie en cinémascope »

 

 

Articles parus sur Star Québec

 

Avril 2005

Le carnet social – Sincères félicitations !

Dossier spécial

Québec 400 ans – Nostalgie !

Dossier spécial

Québec 400 ans – Les grands noms !

 

 

 

 

 

Fiche #40

Intronisation au Temple de la Renommée le 14 septembre 2007.

Dernière mise à jour le 21 mai 2014.