www.starquebec.net

Retour à la page d’accueil

Retour au Temple de la Renommée

DENISE

Description : Description : Description : http://www.lessignets.com/signetsdiane/calendrier/images/mai/24/1/denise_pelletier.jpg

PELLETIER

(1923 – 1976)

 

Sa fiche-bio

Sa discographie

Ses spectacles

Ses rôles à la télévision

Ses rôles à la radio

Ses rôles au théâtre

Ses rôles au cinéma

Prix et hommages

Crédits et liens

  

(Source photo : La mémoire fragile)                                        

 

 

 

 

 

Sa fiche-bio

Dans la fiche-bio, vous trouverez les œuvres les plus marquantes de sa carrière.

La liste complète de ses œuvres se trouve dans les tableaux subséquents.

 

 

1923

Naissance le 22 mai à St-Jovite.

 

Son père : Albert Pelletier est notaire, fondateur des Éditions du Totem, fondateur de la revue littéraire Les Idées, et critique pour différentes publications.

 

Sa mère : Marie-Reine Vaugeois.

 

Elle a un frère cadet, Gilles Pelletier, qui deviendra lui aussi comédien.

 

 

1929

Les Pelletier quittent St-Jovite et s’installent à Montréal, sur la rue St-Hubert.

 

 

 

Après son cours primaire au Couvent Saint-Louis-de-Gonzague, Denise débute un cours en lettres et sciences à l’Académie St-Urbain de la Congrégation Notre-Dame.

 

 

 

Après deux ans, elle délaisse le cours de lettres et sciences, préférant étudier à l’École Ménagère Provinciale. Au cours de sa deuxième année à cette école, elle découvre le théâtre.

 

 

Années 40

Elle se joint au Montreal Repertory Theatre qui offre des cours d’art dramatique aux débutants. Après quelques semaines, elle jour sa première pièce professionnelle, « Le chant du berceau ».

 

 

 

Après ces débuts prometteurs, elle est recrutée par le Théâtre Arcade, par la Comédie de Montréal et par la radio qui lui permet de jouer des pièces de théâtre et des radioromans.

 

 

1942

Elle se joint à l’équipe du radioroman « Un homme et son péché » de Claude-Henri Grignon dans lequel elle tient le rôle d’Annie Greenwood.

 

 

1943

Elle fait ses premiers pas au cinéma dans le long-métrage « À la croisée des chemins », un film de propagande en faveur des missions des Pères Blancs, réalisé par Paul Guèvremont et Jean-Marie Poitevin.

 

 

1946

Denise Pelletier se joint à L’Équipe, troupe de théâtre dirigée par Pierre Dagenais, où elle côtoie d’autres vedettes de sa génération comme Janine Sutto, Robert Gadouas, Guy Mauffette, Marjolaine Hébert, Nini Durand, Rolland D’Amour et Denyse St-Pierre.

 

 

 

À la même époque, elle participe également à quelques pièces montées par les Compagnons de St-Laurent du père Émile Legault.

 

 

1950

Elle aborde le théâtre en anglais pour la première fois en participant à la pièce « Saint Joan » de Bernard Shaw présentée par le Montreal Repertory Theatre.

 

 

 

Au même moment, elle se joint à la troupe de Gratien Gélinas qui joue déjà « Tit-coq » depuis deux ans. Elle participera aux tournées du groupe à Chicago et à New York.

 

 

1951

Recrutée par Jean Gascon, elle participe à la pièce inaugurale du Théâtre du Nouveau Monde, « L’avare » de Molière. Elle y joue le rôle de Frosine. Dès lors, elle devient une habituée du TNM et elle y joue au moins une pièce par année.

 

 

1953-1959

Un an après l’arrivée de la télévision de Radio-Canada, le premier téléroman de l’histoire voit le jour. Roger Lemelin nous donne « La famille Plouffe », adapté de son roman. Denise Pelletier y tient le rôle de Cécile Plouffe, la vieille fille avare de la famille. Elle est entourée de Paul Guèvremont, Amanda Alarie, Émile Genest, Jean-Louis Roux et Pierre Valcour.

 

 

 

Le succès populaire est si fort que partout on l’appelle Cécile Plouffe. Certaines personnes qui vont la voir au théâtre murmurent même dans la salle « Regarde, c’est Cécile Plouffe ». Cette popularité lui pèse lourd et elle finira par dire en entrevue : « C’est un rôle qui m’a beaucoup marqué. Un rôle qui m’a beaucoup blessée aussi ! ».

 

 

1955

Pour la première fois, une troupe de théâtre du Québec est invitée à participer à un festival de théâtre de Paris. Denise y participe avec le Théâtre du Nouveau Monde qui y présente une soirée Molière.

 

 

1955

Consécration suprême, elle reçoit le titre de Miss Radio-Télévision, grand honneur décerné par le public du journal Télé-Radiomonde.

 

 

1958

Le 25 janvier, Denise Pelletier se marie au photographe Basil Zarov en l’église St-Léon de Westmount. L’union est célébrée par le père Émile Legault. Le couple s’installe à Ville La Salle.

 

 

1958

Elle joue dans une création de Marcel Dubé, « Le temps des lilas », présenté au Théâtre du Nouveau Monde.

 

 

1959

Le 29 novembre, naissance de son fils Stéphane.

 

 

1959-1961

Elle participe au nouveau téléroman de Roger Lemelin, « En haut de la Pente Douce ». Comme elle ne veut pas reprendre le rôle de Cécile Plouffe, il lui écrit le personnage de Pauline Chevalier.

 

 

1960-1962

On peut la voir dans le téléroman « La côte de sable », écrit par Marcel Dubé.

 

 

1962

Son mari, Basil, obtient un poste de directeur des services visuels pour les Nations Unies à Léopoldville au Congo belge. La petite famille s’installe donc en Afrique. Mais après huit mois, Denise en a marre et décide de rentrer à Montréal pour recommencer à jouer au théâtre. Son mari viendra la retrouver à la fin de son contrat.

 

 

1963-1965

Interprète fétiche de Marcel Dubé, elle participe à son nouveau téléroman, « De 9 à 5 ». Elle y tient le rôle de Virginie aux côtés de Jean Duceppe.

 

 

1966

Elle joue l’un des plus beaux rôles de sa carrière au théâtre, celui de « Mère Courage » dans la pièce de Bertold Brecht, présenté au Théâtre du Nouveau Monde.

 

 

1968-1969

Elle joue dans trois dramatiques de la série « Le monde de Marcel Dubé » où elle reprend son rôle de Virginie.

 

 

1970

Pour la première fois, elle est dirigée au théâtre par son frère Gilles Pelletier, qui signe la mise en scène de la pièce « Le roi se meurt » présentée à la Nouvelle Compagnie Théâtrale.

 

 

1970-1975

Pendant 5 ans, elle tient le rôle de France Joyal dans le téléroman « Mont-Joye » aux côtés de Guy Provost.

 

 

1971

Le 4 septembre, décès de son père Albert.

 

 

1972

Denise participe à deux spectacles de l’Orchestre Symphonique de Toronto à la Salle Wilfrid-Pelletier de Montréal : « Jeanne au bûcher » et « La fille du régiment ».

 

 

1972

Elle signe sa première mise en scène avec « Les bonnes » de Jean Genêt présenté au Centre National des Arts à Ottawa.

 

 

1975

Alors qu’elle enchaîne pièce sur pièce et qu’elle joue toujours à la télévision, elle éprouve quelques ennuis de santé. Certains amis l’incitent à prendre du repos, mais elle caresse un nouveau projet.

 

 

1975

Elle travaille sur un ambitieux projet : elle incarnera la grande actrice Sarah Bernhardt dans la pièce « La divine Sarah » au Centre National des Arts à Ottawa ainsi qu’à New York !

 

 

1975

Elle donne une conférence, « Propos sur le théâtre », à l’Institut Canadien. La conférence obtient un tel succès qu’on lui demande de la reprendre à différents endroits.

 

 

1975

Elle monte son propre spectacle, « Un femme, plusieurs personnages », qu’elle écrit et met en scène elle-même en plus d’y jouer en solo. Elle y interprète des rôles de femmes tirés de différentes pièces de théâtre.

 

 

1976

Lors d’une tournée à Chicoutimi, elle vient à bout de ses forces et est hospitalisée d’urgence pour un malaise cardiaque. Lorsque le danger est passé, on la transfert à Montréal où elle habitera chez son frère Gilles Pelletier et la conjointe de celui-ci, la comédienne Françoise Graton.

 

 

 

Malgré la maladie, elle accepte de participer à une émission des « Coqueluches » pour rendre hommage à Doris Lussier. Françoise Graton lui fait entendre raison et convainc Denise d’enregistrer son hommage de la maison plutôt que de se rendre en studio.

 

 

1976

Atteinte d’un anévrisme de l’aorte, elle entre en convalescence à la Villa Medica. Mais après quelques jours, elle décide de délaisser la convalescence et de reprendre le travail. Elle entreprend les répétitions de « Sarah Bernhardt » qu’elle doit jouer en anglais au Théâtre Centaur.

 

 

1976

Le 22 mai, Denise fête son 53ième anniversaire de naissance. Elle est hospitalisée et doit subir une délicate intervention chirurgicale deux jours plus tard. Tous ses proches se rendent à son chevet pour souligner son anniversaire.

 

 

1976

Le 24 mai, on l’opère pour son anévrisme de l’aorte. L’opération se déroule bien, mais après l’intervention, son cœur ne recommence pas à battre. Son décès est alors officialisé.

 

 

1976

Peu de temps avant son décès, le Conseil des Arts du Canada annonçait qu’on lui décernait le Prix Molson pour l’ensemble de sa carrière. Ce n’est que le 21 juin que le prix est officiellement remis à titre posthume à son mari Basil Zarov et à son fils Stéphane Zarov.

 

 

1977

La Nouvelle Compagnie Théâtrale, dirigée par Gilles Pelletier et Françoise Graton, obtient sa propre salle de spectacle qu’on nomme en son honneur le Théâtre Denise-Pelletier.

 

 

1977

Le gouvernement du Québec instaure le Prix Denise-Pelletier remis chaque année à une personnalité qui a marqué les arts de la scène, prix remis pour l’ensemble de sa carrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa discographie

 

1959

Difficultés temporaires (album collectif au profit des réalisateurs en grève de Radio-Canada sur lequel elle interprète « Pot-pourri d’airs connus et de paroles qui le sont moins »)

 

Ses spectacles

 

1972

Jeanne au bûcher (avec l’Orchestre Symphonique de Toronto)

1972

La fille du régiment (avec l’Orchestre Symphonique de Toronto)

1975

Propos sur le théâtre (conférence)

 

Ses rôles au théâtre

 

Année

Titre de la pièce (auteur s’il y a lieu)

Lieu ou compagnie de production

  

Années 40

Le chant du berceau (Gregorio et Maria Martinez-Sierra)

Montreal Repertory Theatre

1942

Les tournées « Vie de famille »

 

1946

Les fiancés du Havre (Armand Salacrou)

L’Équipe

1947

Les parents terribles (Jean Cocteau)

L’Équipe

1947

Léocadia (Jean Anouilh)

Les Compagnons de St-Laurent

1949

La cathédrale (Jean Desprez)

L’Équipe

1949

Britannicus (Jean Racine)

Les Compagnons de St-Laurent

1950

Polichinelle (Lomer Gouin)

L’Équipe

1950

La folle de Chaillot (Jean Giraudoux)

His Majesty’s

1950

Tit-coq (Gratien Gélinas)

 

1950

Saint Joan (Bernard Shaw)

Montreal Repertory Theatre

1951

L’avare (Molière)

Théâtre du Nouveau Monde

1954

Philippe et Jonas (Irvin Shaw)

Théâtre du Nouveau Monde

1955

Saganarelle (Molière)

Festival international de Paris

1955

Le mariage forcé (Molière)

Festival international de Paris

1955

La jalousie du barbouillé (Molière)

Festival international de Paris

1956

Henry V (William Shakespeare)

Festival de Stratford en Ontario

1956

Athalie (Jean Racine)

 

1958

Le temps des lilas (Marcel Dubé)

 

1960

Florence (Marcel Dubé)

Comédie Canadienne

1961

Balsameda

Théâtre de Percé

1963

Nina

Théâtre de l’Anse

1963

Treize à table (Marc-Gilbert Sauvageon)

Théâtre du Rideau Vert

1963

Les monstres sacrés (Jean Cocteau)

 

1963

Monsieur Chasse (Georges Feydeau)

Théâtre La Marjolaine

1964

La mouette (Anton Tchekhov)

Festival de Stratford en Ontario

1964

La danse de mort (August Strindberg)

L’Orphéum

1964

Iphigénie (Jean Racine)

Nouvelle Compagnie Théâtrale

1965

L’heureux stratagème (Marivaux)

Théâtre des Nations, Festival international de théâtre de Paris (avec la troupe du Rideau Vert)

1965

Le placard (Arthur L. Kopit)

L’Egrégore

1965

Les beaux dimanches (Marcel Dubé)

 

1966

Mère Courage (Bertold Brecht)

Théâtre du Nouveau Monde

1966

La danse de mort (August Strindberg)

Festival de Stratford en Ontario

1970

L’effet des rayons gamma sur les vieux garçons (Paul Zindel)

Théâtre de Quat’Sous

1970

Le roi se meurt (Eugène Ionesco)

Nouvelle Compagnie Théâtrale

1971

Les Troyennes (Euripide)

Nouvelle Compagnie Théâtrale

1972

Oh les beaux jours (Samuel Beckett)

Centre National des Arts / La Poudrière

1972

La Célestine (Fernando de Rojas)

Théâtre du Nouveau Monde

1973

La volupté de l’honneur (Luigi Pirandello)

Théâtre du Rideau Vert

1973

L’avare (Molière)

Halifax

1974

La veuve à Calixte (Antonine Maillet)

Théâtre du Rideau Vert

1974

Bonjour là, bonjour (Michel Tremblay)

Centre National des Arts

1975

Le long voyage de la nuit (Eugène O’Neil)

 

1975

La divine Sarah (Jacques Beyderwellen)

Centre National des Arts

1975

Une femme, plusieurs personnages (Denise Pelletier)

Tournée

1976

Sarah Bernhardt (Jacques Beyderwellen)

Théâtre Centaur (anglais)

 

L’aiglon (Edmond Rostand)

La Comédie de Montréal

 

La fille au cœur de pierre

 

 

La France vivra (Paul Doncoeur)

 

 

La Passion

 

 

Poil de carotte (Jules Renard)

 

 

Le grand poucet (Robert Soulières)

L’Équipe

 

Le héros et le soldat (Georges Bernard Shaw)

L’Équipe

 

Le caprice

Les Compagnons de St-Laurent

 

La ménagerie de verre (Tennessee Williams)

Les Compagnons de St-Laurent

 

Le malade imaginaire (Molière)

Les Compagnons de St-Laurent

 

Hamlet (William Shakespeare)

 

 

Les archanges (Dario Fo)

Théâtre du Nouveau Monde

 

Comme metteure en scène

 

1972

Les bonnes (Jean Genêt)

Centre National des Arts

 

Ses rôles à la télévision

 

 

 

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Rôle (s’il y a lieu)

  

1953-1959

SRC

La famille Plouffe

Cécile Plouffe

1956-1970

SRC

Les belles histoires des pays d’en haut

Tante Azilda

1958-1959

SRC

Marie-Didace

Nancy Varieur

1959-1961

SRC

En haut de la Pente Douce

Pauline Chevalier

1960-1962

SRC

La côte de sable

Lucie Paradis

1961

SRC

L’ange du bizarre

(dans la série « Histoires extraordinaires »)

La veuve

1962

SRC

Le temps des lilas (téléthéâtre)

Marguerite

1963

SRC

La maison de Bernarda (téléthéâtre)

 

1963-1966

SRC

De 9 à 5

Virginie

1968

SRC

Virginie (dans la série « Le monde de Marcel Dubé »)

Virginie

1968

SRC

Manuel (dans la série « Le monde de Marcel Dubé »)

Virginie

1969

SRC

La cellule (dans la série « Le monde de Marcel Dubé »)

Madame Larose

1970-1975

SRC

Mont-Joye

France Joyal

1970

SRC

Trois petits tours (téléthéâtre)

 

1974

SRC

Qui perd gagne (téléthéâtre)

Rosa St-Amour

 

* Certaines années correspondent à la durée de la série et non à la période où elle y joua.

 

Ce qu’elle a animé à la télévision

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Genre

 

1935-1938

CKAC

Le curé de village

Célesta Cousineau

1939-1962

SRC

Un homme et son péché

Annie Greenwood

1973

SRC-CBH

Colette

 

 

Ses rôles au cinéma

 

Année

Titre du film

Réalisateur

  

1943

À la croisée des chemins

Paul Guèvremont et Jean-Marie Poitevin

1953

Côté cour, côté jardin (documentaire)

Roger Blais

1953

Tit-coq

Gratien Gélinas et René Delacroix

1955

Midinette (narration)

Roger Blais

1965

La corde au cou

Pierre Patry

1972

Les indrogables

Jean Beaudin

1973

Y’a toujours moyen de moyenner

Denis Héroux

1974

Night Cap

André Forcier

1974

Bingo

Jean-Claude Lord

 

Prix et hommages

 

1955

Miss Radio-Télévision

1967

Médaille de la Confédération

1970

Officier de l’Ordre du Canada

1974

Prix Andrew-Allen décerné par l’ACTRA pour la meilleure interprétation radiophonique pour sa participation à « Colette » à CBH (Radio-Canada Halifax)

1977

Inauguration du Théâtre Denise-Pelletier, salle de spectacle de la Nouvelle Compagnie Théâtrale

1977

Le gouvernement du Québec instaure le  Prix Denise-Pelletier, l’une des plus hautes distinctions remises à une personnalité pour son apport aux arts de la scène.

1992

Un Parc Denise-Pelletier est inauguré à Québec

1994

À Ste-Julie, un parc, une place et une rue sont nommées en son honneur

1997

À Montréal, dans le quartier St-Laurent, on inaugure le Carré Denise-Pelletier

2001

Dénomination de la Place Denise-Pelletier à Mont-Tremblant

2007

La ville de Gatineau nomme une rue à son nom.

 

Crédits et liens

 

Littérature

 

LA FRANCE, Micheline, « Denise Pelletier ou la folie du théâtre », Les Éditions Scriptomedia, 1979, 229 pages.

 

BERGERON, Raymond et OUELLETTE, Marcelle, « Voix, visages et légendes – Radio-Canada 1936-1986 », Entreprises Radio-Canada, 1986, 256 pages.

 

CAHIERS DE THÉÂTRE  JEU, sous la direction de Michel Vaïs, « Dictionnaire des artistes du théâtre québécois », Québec Amérique, 2008, pages 312-313.

 

CROTEAU, Jean-Yves, « Répertoire des séries, feuilletons et téléromans québécois – De 1952 à 1992 », Les

Publications du Québec, Gouvernement du Québec, 1993, 692 pages.

 

 

Documents audio-visuels

 

COMMUNICATIONS CLAUDE HÉROUX, « Denise Pelletier, la démesure d’une passion », dans la série « Biographies », présentation de Pierre Nadeau, narration de Guy Nadon, réalisation de Jean-Pierre Maher, diffusion sur Canal D, 1998, 45 minutes.

 

 

Sites internet

(Star Québec n’est pas responsable du contenu des liens proposés)

 

L’Encyclopédie Canadienne

Wikipédia

The Internet Movie DataBase

Find A Grave

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke

Émissions.ca

Office National du Film

Les Gens du Cinéma

 

(Veuillez nous aviser de tout lien défectueux en nous écrivant)

 

 

Articles parus sur Star Québec

 

Avril 2006

Une avalanche de DVD !

Dossier spécial

Prix Denise-Pelletier – Liste des récipiendaires

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – Des débuts jusqu’à 1957

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1957 à 1961

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1967 à 1971

 

 

 

 

 

Fiche #240

Intronisation au Temple de la Renommée le 21 mai 2010.

Dernière mise à jour le 14 août 2014.