www.starquebec.net

Retour à la page d’accueil

Retour au Temple de la Renommée

GRATIEN

Description : gratien gelinas.jpg

GÉLINAS

1909 – 1999

 

Sa fiche-bio

Ses rôles à la télévision

Ses rôles à la radio

Ses rôles au théâtre

Ses rôles au cinéma

Textes et scénarios pour la télé

Textes et scénarios pour le cinéma

Ses réalisations pour le cinéma

Les livres et documents qu’il a publiés

Prix et hommages

Crédits et liens

  

(Source photo : Site officiel de Gratien Gélinas)     

 

 

 

 

 

Sa fiche-bio

Dans la fiche-bio, vous trouverez les œuvres les plus marquantes de sa carrière.

La liste complète de ses œuvres se trouve dans les tableaux subséquents.

 

 

1909

Naissance le 8 décembre à St-Tite en Mauricie.

 

Son père : Mathias Gélinas occupera plusieurs emplois dont sellier, laitier, épicier et même agent d’assurances.

 

Sa mère : Genèva Davidson aura sa propre boutique de chapeaux qu’elle crée elle-même. Plus tard, elle sera gouvernante dans une communauté religieuse.

 

Il a une sœur, Rollande.

 

Troisième enfant de la famille, les deux bébés aînés meurent en bas âge. Gratien est le premier enfant de la famille à survivre.

 

 

1910

La famille Gélinas quitte la Mauricie pour s’installer à Montréal. Au fil des mois, ils habiteront différents quartiers.

 

 

 

Après avoir commencé l’école dans une institution privée de Longue-Pointe, il doit poursuivre ses études à l’école primaire de St-Henri parce que ses parents éprouvent des problèmes financiers. Gratien Gélinas est un élève doué.

 

 

1920

Des difficultés conjugales et des problèmes financiers forcent les Gélinas à déménager dans plusieurs villes pour survivre, dont Joliette, Berthierville et St-Jérôme.

 

 

1923

Il fait la première année de son cours classique, en Éléments Latins, au Juvénat des Pères du St-Sacrement à Terrebonne. C’est là qu’il découvre le théâtre puisqu’en activités parascolaires, les étudiants doivent monter des spectacles.

 

 

1924-1928

Pour des raisons financières, c’est au Collège de  Montréal qu’il poursuit son cours classique en Syntaxe, Méthode, Versifications et Belles Lettres.

 

 

1925

En février, Genèva Davidson demande une séparation de fait de son mari Mathias à la Cour Supérieur de Joliette. C’est une situation très rare pour l’époque où le divorce est interdit par l’église catholique. Gratien ressentira toujours une honte de cette séparation.

 

 

1925

En juin, lors de la remise des prix au Collège de Montréal, il reçoit trois prix, dont le premier prix en Syntaxe, prouvant sa grande force pour l’écriture.

 

 

1928

Malgré 10 prix obtenus lors de la fin de l’année scolaire, il est contraint d’abandonner ses études pour gagner sa vie. Il devient vendeur chez Dupuis et frères, un magasin à rayons, puis comptable à la compagnie d’assurances La Sauvegarde.

 

 

1929-1930

Il joue au théâtre avec la troupe amateur Le Cercle St-Stanislas.

 

 

1930

En novembre, lors d’une fête de la Ste-Catherine, il fait la connaissance de Simone Lalonde, une jeune femme de 19 ans, de qui il tombe amoureux.

 

 

1931

Après un an et demi devant les tribunaux, la séparation de corps est prononcée entre les parents de Gratien Gélinas.

 

 

1931

Il participe à la fondation d’une troupe de théâtre, les Anciens du Collège de Montréal, qui donne sa première représentation le 10 février, en présentant la pièce « L’académicien » de Daniel Auchitsky.

 

 

1931

Il commence des études à temps partiel aux HEC (Hautes Études Commerciales).

 

 

1932

Inspiré par les grands monologuistes de l’époque, il écrit son premier texte, « Le bon petit garçon et le méchant petit garçon », qu’il récite pour la première fois dans un party privé de la compagnie d’assurances La Sauvegarde.

 

 

 

Puisqu’il commence à être connu des amateurs de théâtre de Montréal, il est invité à jouer au Monument National dans la pièce « Blériot ».

 

 

1933

Les Anciens du Collège de Montréal se produisent au premier Festival dramatique Bessborough. La troupe y présente un acte de la pièce « Vient de paraître » d’Édouard Bourdet.

 

 

1933

La Montreal Repertory Theater, déjà bien installée dans le milieu du théâtre anglophone de Montréal, ouvre une section francophone dirigée par Ferdinand Biondi. Gratien Gélinas est engagé par cette troupe, non seulement comme comédien, mais aussi comme metteur en scène.

 

 

1934

Il termine ses études aux Hautes Études Commerciales.

 

 

1934

Il vient à peine d’obtenir son diplôme universitaire qu’on lui offre pour la première le rôle principal d’une pièce de théâtre, « Le cheval de course » d’Henri Letondal, présenté par la Montreal Repertory Theater.

 

 

1934-1935

Après avoir présenté deux nouvelles pièces au cours de la saison de théâtre, « Argent de suite » et « Rente viagère », la compagnie des Anciens du Collège de Montréal se dissout.

 

 

1935

Il décroche un rôle régulier dans « Le curé du village » de Robert Choquette, le premier radio-roman québécois, dont le premier épisode est diffusé à CKAC le 14 janvier.

 

 

1935

Même s’il ne maîtrise pas parfaitement la langue anglaise, il joue dans une pièce anglophone au Montreal Repertory Theater, « The Merry Wives Of Windsor » de Shakespeare. La pièce lui vaut quelques éloges.

 

 

1935

Il décroche un rôle régulier dans « Le curé du village » de Robert Choquette, le premier radio-roman québécois, dont le premier épisode est diffusé à CKAC le 14 janvier. Gratien Gélinas y tient le rôle de Lionel Théberge, le fils du marchand général.

 

 

1935

Le 12 juillet, il se marie avec Simone Lalonde en la Cathédrale de Montréal. Le jeune couple s’installe dans un logement du Carré St-Louis à Montréal.

 

 

1935

À l’automne, Gratien Gélinas et son épouse, Simone, se joignent à la troupe du Théâtre-École, une troupe de jeunes comédiens en apprentissage dirigée par Laurette Auger (alias Jean Desprez) et Jeanne Maubourg. Dans la pièce « La petite qui voit grand », le jeune couple joue aux côtés de débutants comme Guy Mauffette et Juliette Huot.

 

 

1935-1936

Il anime sur le Fleuve St-Laurent des croisières organisées par la compagnie d’assurances La Sauvegarde.

 

 

1936

Gartien Gélinas et Simone Lalonde jouent dans une revue d’actualités écrite par Jean Béraud et Louis Francoeur et présentée au Théâtre St-Denis. Le spectacle d’intitule « Télévise-moi ça ». Ils participent à une dizaine de sketches aux côtés de Fred Barry et Albert Duquesne.

 

 

1936

Le 13 octobre, Simone donne naissance au premier enfant du couple, une fille prénommée Sylvie. Après l’accouchement, Simone souffre temporairement de schizophrénie post-partum et doit être hospitalisée à l’Hôpital psychiatrique St-Jean-de-Dieu

 

 

1937

Il se joint à la troupe Mon Paris d’Henri Letondal qui offre dans un style cabaret une revue différente chaque semaine. Au fil des semaines, Gratien Gélinas participe à plusieurs de ces revues.

 

 

1937

Il se rend à New York pour tourner une publicité cinématographique pour la compagnie Esso en compagnie de ses amis comédiens Louis Lapointe et Bernard Hogue, qui fera carrière plus tard sous le nom de Clément Latour.

 

 

1937

Le temps de la saison estivale, il participe à la série radiophonique « Nous sommes en vacances » en compagnie de Louis Lapointe, Bernard Hogue, Guy Carmel et Olivette Thibault.

 

 

1937

À l’automne, on lui offre d’être la vedette principale d’une série radiophonique humoristique, « Le Carrousel de la gaieté », à CKAC. Gratien, qui signe lui-même les textes, se crée le personnage de Fridolin, un jeune garçon. Pour l’émission, Fridolin sera entouré de deux adultes joués par Albert Cloutier et Lionel Daunais. L’émission prend l’antenne le 23 septembre : c’est la consécration.

 

 

1937

Le 5 novembre,  Simone et Gratien deviennent parents d’un deuxième enfant, Michel, leur premier fils.

 

 

1938

À la suite du succès populaire de son personnage de Fridolin, Gratien Gélinas instaure une tradition, « Les Fridolinades ». Chaque années, dès 1938, avec le titre « Fridolinons », il écrit (en compagnie de Claude Robillard), met en scène et joue une revue d’actualité au théâtre. Bien que son personnage de Fridolin y soit en vedette, Gratien Gélinas y joue plusieurs autres personnages dans les différents sketches.

 

 

 

Au fil des ans, plusieurs grandes vedettes participeront aux « Fridolinades » : Juliette Béliveau, Fred Barry, Clément Latour, Albert Cloutier, Olivette Thibault, Amanda Alarie, Juliette Huot, Henri Poitras et plusieurs autres.

 

 

1938

« Fridolinons 1938 » ne doit être présenté que pendant une semaine, en mars. Mais le succès est si fort que les producteurs sont obligés de prolonger les représentations pendant deux autres semaines et doivent même faire augmenter le nombre de préposés et de membre du personnel du Monument National où ont lieu les représentations. Par la suite, la troupe se rend à Québec pour se produire dans un Palais Montcalm plein à tout rompre.

 

 

 

Son succès à la radio et sur scène fait de Gratien Gélinas la vedette de la radio la mieux payée selon le journal The Gazette de l’époque.

 

 

1938

À l’automne, le personnage de Fridolin est de retour à la radio, mais dans une nouvelle série semblable à la première, « Le train de plaisir ». L’émission et présenté par deux frères annonceurs, Marcel et Roger Baulu.

 

 

1939

Le 17 janvier, naissance de son fils Yves.

 

 

1939

À la suite d’un vote populaire, le journal Radiomonde lui décerne la Médaille d’or de l’artiste préféré du public à la radio.

 

 

1939

Épuisé par l’énergie que demande l’écriture des textes à la radio, Claude Robillard abandonne les projets de Gratien Gélinas. Louis Pelland sera son nouveau partenaire pour l’écriture des textes de l’émission « Le train du plaisir » et pour la revue « Fridolinons 1939 ».

 

 

 

En plus d’avoir été joué deux semaines à Montréal et quatre jours à Québec, « Fridolinons 1939 » est aussi présenté en tournée au Québec pendant un mois.

 

 

1939

À l’automne, la série « Le train de plaisir » est de retour pour une dernière saison. En plus de ses collègues Albert Cloutier et Lionel Daunais qui en font toujours partie, on y retrouve un nouveau personnage féminin interprété alternativement par Jeanne Maubourg, Gisèle Schmidt et Mimi D’Estée.

 

 

1940

Naissance de son fils Claude

 

 

1941

Son fils Claude meurt à l’âge de 6 mois, pendant son sommeil, alors qu’une hypertrophie du thymus cause un étouffement mortel.

 

 

 

Croyant que le Québec pouvait se lancer dans le cinéma, il loue un local sur la rue St-Denis et le transforme en studio et démarre sa propre compagnie de production.

 

 

1942

Naissance de son fils Pierre le 3 décembre.

 

 

1943

Après un an et demi de travail acharné, Gratien Gélinas présente au public son premier film, « La dame aux camélias, la vraie », dans le cadre de sa revue annuelle. Juliette Béliveau y est en vedette. Bien qu’il soit déçu de la photographie du film, il est tout de même fier d’innover dans un nouveau domaine.

 

 

1944

Le 8 août, naissance de son fils Alain.

 

 

1945

La revue « Fridolinons 1945 » réserve quelques très bons moments au public, notamment le sketch « Le retour du conscrit », qui sert de point de départ à une future œuvre de Gratien Gélinas, « Tit-coq ».

 

 

1945

Un producteur américain lui offre un rôle dans « St-Lazare’s Pharmacy », une pièce de théâtre qui sera montée à Montréal pour être ensuite présentée à Chicago et sur Broadway à New York. Gratien y joue un petit rôle, mais il est entouré de grands noms du théâtre québécois comme Henri Letondal, Lucienne Letondal, Huguette Oligny, Guy Mauffette, Jean-Pierre Masson, Jean Lajeunesse et quelques autres. L’actrice américaine Myriam Hopkins est aussi de la distribution.

 

 

 

Après avoir été présentée au Théâtre His Majesty’s de Montréal ainsi que pendant plusieurs mois à Chicago en 1946. Le producteur change toutefois d’idée et la pièce n’est jamais présentée à New York.

 

 

1946

Le 12 avril, naissance de son fils Pascal, le sixième enfant vivant du couple.

 

 

1946

« Fridolinons 1946 » est présenté à l’automne plutôt qu’au printemps en raison des engagements américains de Gratien Gélinas. Cette édition sera la dernière des « Fridolinades ». Sous-titrée « La revue des revues », le spectacle consiste en un assemblage des meilleurs sketches de toutes les éditions précédentes.

 

 

1946

Un débordement médiatique prend naissance dans le journal Radiomonde alors qu’un journaliste, après une entrevue avec Louis Pelland, déclare que Gratien Gélinas a pris tout le crédit des textes des « Fridolinades » alors que plusieurs sketches ont été écrits par Pelland, et auparavant par Claude Robillard. Gratien Gélinas lance une poursuite judiciaire contre le journaliste et contre Louis Pelland pour atteinte à sa probité professionnelle.

 

 

1948

Le 22 mai, première au Monument National de sa première pièce, « Tit-coq », inspiré d’un sketch des « Fridolinades ». Gratien Gélinas, en plus de signer les textes, jour le rôle principal, celui d’un soldat, né d’une liaison illégitime, qui tombe amoureux d’une jeune femme juste avant de partir pour la guerre.

 

 

 

Pour jouer le rôle de la jeune première, Marie-Ange, il a songé à la comédienne Muriel Guilbeault qui avait tenu ce rôle dans « Les Fridolinades ». Mais comme elle n’était pas disponible, c’est Olivette Thibault qui crée le rôle.

 

 

 

Pour le reste de la distribution, Gratien Gélinas compte sur des habitués de ses revues, soit Fred Barry, Clément Latour, Juliette Béliveau, Juliette Huot et Amanda Alarie pour ne nommer que ceux-là.

 

 

1948

Après 11 représentations, c’est le succès et le public demande de revoir la pièce. À l’automne, de nouvelles représentations sont données. Mais comme Olivette Thibault devait accoucher à l’automne, le rôle de Marie-Ange est finalement attribué à Muriel Guilbeault.

 

 

1949

En janvier, « Tit-coq » est présenté pour la 100ième fois, un exploit pour une pièce canadienne à l’époque.

 

 

1949

L’Université de Montréal lui décerne un doctorat honoris causa. C’est la première fois qu’un tel honneur est attribué à un homme de théâtre. Les intellectuels ne comprennent pas qu’une telle œuvre, avec un langage populaire, se mérite tant d’honneur.

 

 

1950

« Tit-coq » est traduite en anglais. La plupart des comédiens de la version francophone joueront aussi dans la pièce anglophone présentée à Montréal au Gesù.

 

 

 

Après une première série de représentations, Gratien Gélinas apporte quelques retouches au texte. C’est l’occasion d’intégrer de nouveaux artistes à la pièce, comme Denise Pelletier qui reprend le rôle de Juliette Huot ainsi qu’Huguette Oligny qui devient la nouvelle Marie-Ange à la place de Muriel Guilbeault.

 

 

1951

La pièce « Tit-coq » est présenté avec succès à Toronto et à Chicago. Cependant, à New York, les critiques sont lamentables et mettent fin à l’aventure américaine de la troupe.

 

 

 

La relation entre Gratien Gélinas et Huguette Oligny fait des étincelles. L’homme de théâtre a le béguin pour la comédienne. Mais comme cette dernière se refuse le droit de briser un mariage, elle prend ses distances de lui.

 

 

1952

Après s’être exilé aux États-Unis pendant plusieurs années, son père Mathias, est de retour. Souffrant d’angine, il demande à revoir son ex-épouse Genèva et lui demande de reprendre la vie commune. Mais avant que ce projet ne se réalise, il meurt le 26 mai à 67 ans.

 

 

1953

« Tit-coq » est adapté pour le cinéma. La première du film a lieu le 20 février 1953. Réalisé par René Delacroix, Gratien Gélinas tient toujours le rôle principal aux côtés de Fred Barry, Clément Latour, Paul Dupuis, Denise Pelletier, Jean Duceppe, ainsi que la jeune Monique Miller dans le rôle de Marie-Ange, la fiancée de Tit-coq.

 

 

1953

Au printemps, son épouse Simone est affaiblie par une crise cardiaque.

 

 

1954-1955

Il touche un nouveau média, la télévision. Il écrit une partie des textes et joue dans « Les quat’ fers en l’air ».

 

 

1956

Il revient à ses premières amours en offrant au public une nouvelle revue, « Fridolinons 1956 ». La distribution de cette nouvelle édition comporte les noms de Monique Lepage, Dominique Michel, Albert Millaire, Ginette Letondal et Germaine Giroux.

 

 

1956

À l’été, il participe au festival de théâtre de Stratford en jouant dans les pièces « Henry V » et « The Merry Wives of Windsor ».

 

 

1956

Il devient vice-président de l’Union des Artistes.

 

 

1958

Le 22 février, il ouvre son propre théâtre, la Comédie Canadienne, qui a pour but de promouvoir l’unité nationale en jouant des textes canadiens. Comme première pièce, il fait toutefois exception en présentant « L’alouette » du français Jean Anouilh.

 

 

1958

À la fin du printemps, il monte pour la Comédie Canadienne une nouvelle pièce de Marcel Dubé, « Un simple soldat », qui avait toutefois déjà été montée pour la télé. Gilles Pelletier et Michelle Rossignol sont en vedette.

 

 

1958

À la télévision de Toronto, il joue le rôle principal dans « The Man In The House », une adaptation anglophone du téléthéâtre « Médée » de Marcel Dubé.

 

 

1959

Un an après son ouverture, la Comédie Canadienne a échoué dans sa promesse d’offrir du théâtre canadien. Seulement trois pièces canadiennes ont pris l’affiche, et plus pièces étrangères ont été joués. De plus, le théâtre éprouve des problèmes financiers. Pour rentabiliser la compagnie, on loue l’espace à d’autres organismes, comme les Grands Ballets Canadiens, ainsi que la Société artistique des étudiants de l’Université de Montréal qui y présente avec succès la revue « Bleu et Or ».

 

 

1959

La Comédie Canadienne présente le spectacle « Difficultés temporaires » pour venir en aide aux réalisateurs en grève de Radio-Canada.

 

 

1959

Le 17 août a lieu la création de la deuxième pièce de Gratien Gélinas, « Bousille et les justes », à la Comédie Canadienne. On y retrouve de grands noms de notre théâtre comme Jean Duceppe, Yves Létourneau, Jean-Pierre Masson (remplacé plus tard par Paul Hébert), Béatrice Picard, Juliette Huot, Jean Lajeunesse, Nicole Filion, Pascal Desgranges, Monique Miller et un nouveau venu du nom de Gilles Latulippe qui vole littéralement la vedette dans son rôle du Frère Nolasque.

 

 

 

Même si le public réagit favorablement à la pièce, les critiques ne sont pas tendres à l’endroit de la troupe, comme si les journalistes voulaient rappeler l’échec de « Tit-coq » à New York.

 

 

1961

En février, première de « Bousille and The Just », version anglaise de sa plus récente pièce. D’abord présentée à la Comédie Canadienne, la troupe part ensuite en tournée au Canada.

 

 

1961

En juin, les problèmes financiers de la Comédie Canadienne obligent l’institution théâtrale à mettre fin à ses activités de production. Désormais, la Comédie Canadienne ne sera qu’une salle de spectacle à louer. C’est ainsi que Michel, le fils de Gratien, deviendra producteur en organisant des spectacles de chanteurs français comme Gilbert Bécaud, Jacques Brel et Claude Nougaro.

 

 

1964

Après s’être renfloué avec les spectacles de chansonniers, la Comédie Canadienne peut se permettre une nouvelle création. C’est ainsi que Gratien Gélinas nous offre une nouvelle revue, « Le diable à quatre » qu’il joue en compagnie de Claude Michaud, Gilles Latulippe et Marthe Choquette.

 

 

 

La revue « Le diable à quatre » permet aussi aux membres de la famille de s’impliquer. Quatre des cinq fils de Gratien y trouvent une occupation. Yves, devenu comédien, collabore à la mise en scène. Pierre travaille aux illustrations et aux décors. Alain s’occupe de la régie. L’aîné, Michel, fort de son diplôme des HEC et de son expérience de producteur de spectacles administre le tout. La nièce de Gratien, Diane Tassé, qui a une certaine expérience de la scène, agit comme actrice substitut. Le mari de Diane, Gilles Richer, est engagé pour les textes.

 

 

1964

Gratien Gélinas se produit en solo en donnant un récital de monologues dans un bar de Pointe-Calumet.

 

 

1964

En compagnie d’Yves Létourneau, il présente un extrait de « Tit-coq » devant la reine Elizabeth II lors de l’inauguration du Confederation Memorial Center de Charlottetown.

 

 

1964

La Comédie Canadienne présente « Le vol rose du flamant », une pièce qui s’avèrera la première comédie musicale au Québec. Sur un livret de Clémence Des Rochers, le spectacle est mis en scène par Albert Millaire.

 

 

1965

La Comédie Canadienne investit dans la création d’une nouvelle pièce de Marcel Dubé, « Les beaux dimanches », mettant en vedette Janine Sutto et Jean Duceppe. Les nouvelles facilités financières de la compagnie seraient dues à la gestion de Michel, le fils de Gratien, qui peut s’occuper de la gestion pendant que Gratien ne s’occupe que de création.

 

 

1966

Le 11 avril, une nouvelle pièce de Gratien Gélinas voit le jour, « Hier les enfants dansaient », dans lequel il donne l’un des rôles principaux à son fils Yves, qui tente de faire sa place comme comédien depuis quelques années déjà. Un autre petit rôle est réservé à son fils Alain qui fait ses débuts sur scène.

 

 

 

Outre Yves Gélinas et Alain Gélinas, la distribution de la pièce « Hier les enfants dansaient » se compose d’Yves Létourneau, Pierre Boucher, Jean Lajeunesse, Suzanne Lévesque et Gisèle Schmidt.

 

 

 

La critique n’est pas tendre à l’endroit de « Hier les enfants dansaient » et de nouveau Gratien Gélinas est démoli par tous ces commentaires et la vente de billets s’en trouve perturbée.

 

 

1967

Le 27 février, après une longue maladie, son épouse Simone meurt à l’âge de 56 ans.

 

 

1967

À l’occasion du centenaire de la Confédération Canadienne, il reçoit de l’aide gouvernement pour une tournée du pays avec la version anglaise de « Hier les enfants dansaient ». La première de « Yesterday The Children Were Dancing » a lieu le 5 juillet à Charlottetown. En plus d’y jouer lui-même, Gratien permet à son plus jeune fils d’y jouer. Pascal Gélinas fait donc ses débuts comme comédien aux côtés de Jacques Auger, Anne Collings, Yvon Dufour, Yves Gélinas et Suzanne Lévesque. Pour le rôle de la mère de famille, il engage Huguette Oligny.

 

 

 

Maintenant que son épouse est décédée et puisqu’Huguette Oligny est maintenant séparée de son mari Marcel Alexandre, Gratien espère se rapprocher de celle qu’il aime depuis de nombreuses années mais qui a toujours repoussé ses avances. Les deux artistes commencent donc à se fréquenter.

 

 

1967

Lors de l’Expo 67, il participe à la revue « Katimavik ».

 

 

1967

Gratien Gélinas est récipiendaire du Prix Victor-Morin de la Société St-Jean-Baptiste.

 

 

1969

La Comédie Canadienne éprouve encore de graves problèmes financiers. Pour survivre, Gratien met sur pied la Fondation Nationale de la Comédie, un organisme sans but lucratif qui s’occupera uniquement de la production de spectacles. C’est à la même époque que Michel Gélinas quitte la compagnie pour devenir producteur indépendant, déçu que Gratien ferme la porte à tout un secteur du monde du spectacle, comme la chanson et la comédie musicale.

 

 

1969-1978

Gratien Gélinas devient président du Conseil d’administration de la Société de Développement de l’Industrie du Cinéma Canadien (SDICC), ancêtre de Téléfilm Canada.

 

 

1970

La Comédie Canadienne crée une fois de plus une pièce marquante de la dramaturgie québécoise : « Medium saignant » de Françoise Loranger mise en scène par Yvan Canuel.

 

 

1970

Il tient un rôle important dans le film « Red » de Gilles Carle.

 

 

1970

En mai, la Comédie Canadienne monte une version française de la comédie musicale « Hair », traduite par Gratien Gélinas et Gil Courtemanche et produite par Michel Gélinas. C’est un énorme succès.

 

 

1972

Gratien Gélinas vend la Comédie Canadienne au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) qui se cherchait depuis plusieurs années une salle permanente. L’affaire fait beaucoup de bruit dans les journaux puisque les propriétaires du Patriote étaient aussi intéressés à acquérir l’endroit pour les artistes de la chanson.

 

 

1973

Le 24 janvier, Gratien Gélinas se marie à la comédienne Huguette Oligny.

 

 

1975-1976

Il signe la mise en scène d’une reprise de sa pièce « Bousille et les justes » pour la Nouvelle Compagnie Théâtrale, pièce qui se déplacera ensuite à la Compagnie Jean-Duceppe, au Trident, au Centre National des Arts et en tournée au Québec.

 

 

1982

Gratien Gélinas est en deuil de sa mère, Genèva, qui meurt à l’âge de 95 ans.

 

 

1985

Radio-Canada présente une adaptation télévisuelle de « Tit-coq ». Le rôle principal est défendu par Alain Gélinas, fils de Gratien. Alain est depuis quelques années une vedette en vue de la télévision puisqu’il a tenu le rôle de Michel Jacquemin pendant 6 ans dans le téléroman « Terre humaine ». C’est d’ailleurs avec sa partenaire de « Terre humaine », Sylvie Léonard, qu’il partage la vedette de « Tit-coq ».

 

 

1985

Gratien Gélinas joue dans le film américain « Agnes of God » aux côtés de la réputée Jane Fonda.

 

 

1986

Gratien Gélinas a décidé de créer une nouvelle pièce qui lui permettrait de partager la scène avec son épouse Huguette Oligny. C’est ainsi qu’il présente, le 2 octobre, la première de la pièce « La passion de Narcisse Mondoux » au Théâtre du P’tit Bonheur de Toronto.

 

 

1987

C’est au tour du Québec de découvrir « La passion de Narcisse Mondoux » alors que la première est présentée au Théâtre du Rideau Vert le 14 janvier.

 

 

1987

C’est également en janvier que Gratien Gélinas voit revivre « Les fridolinades » alors qu’une nouvelle version des meilleurs sketches est montée au Centre National des Arts à Ottawa. Dans une mise en scène de Denise Filiatrault, on y retrouve Denis Bouchard qui reprend le rôle de Fridolin aux côtés de Rémy Girard, Suzanne Champagne et Pierrette Robitaille. Le spectacle sera présenté pendant de plusieurs années au Québec et en Ontario.

 

 

 

Après avoir vu ses enfants évoluer dans le milieu artistique, c’est maintenant au tour de ses petits-enfants. Une troisième génération de Gélinas envahit le show-business alors que Mitsou devient une star de la chanson. Son succès « Bye-Bye mon cowboy » se hisse au sommet des palmarès. Il faut dire que Mitsou Gélinas est une habituée de la télévision, ayant joué dans quelques séries télé, dont le téléroman « Terre humaine ».

 

 

1988

« La passion de Narcisse Mondoux » est créée en version anglaise sous le titre de « The Passion of  Narcisse Mondoux ». La première a lieu à Chester en Nouvelle-Écosse.

 

 

1988

Il tient l’un des rôles principaux dans un film à grand déploiement de Claude Fournier, film qui s’accompagne également d’une série télévisée, « Les tisserands du pouvoir ». Il y interprète un franco-américain qui défend l’utilisation du français dans sa ville.

 

 

1989

Décès à 53 ans de sa fille Sylvie, emportée par un cancer des sinus.

 

 

1990

Il reçoit le titre de personnalité de l’année lors du Gala Excellence La Presse.

 

 

1990

Il est fait Compagnon de l’Ordre du Canada.

 

 

Années 90

Gratien Gélinas a de plus en plus de problèmes de mémoire. De plus, sa relation avec Huguette Oligny n’est pas des plus faciles. Si dans les médias le couple semble l’un des plus unis, leurs différends sont généralement importants. Si bien qu’Huguette Oligny choisit de couper les ponts avec Gratien pour tout ce qui ne se rapporte pas au métier. Gratien vit donc seul.

 

 

1994

On lui diagnostique un syndrome cérébral organique de type dégénératif qui cause ses problèmes de mémoire.

 

 

1995

Radio-Canada présente une série de 4 épisodes où l’on reconstitue les sketches des « Fridolinades ». Dans le cadre de cette série, Gratien est interviewé entre les scènes par l’une de ses petites-filles, Violaine, qui prendra plus tard le nom d’Abeille Gélinas pour faire carrière comme animatrice à Musique Plus et comédienne dans « Chambres en ville ».

 

 

1995

Il est intronisé sur la Promenade des Stars sur la rue J.A. De Sève à Montréal comme l’une des 25 personnalités artistiques les plus marquantes de l’histoire du Québec.

 

 

1996

Décès de son fils Pierre à l’âge de 54 ans.

 

 

1996

Sa petite-fille Anne-Marie Sicotte, fille de sa fille Sylvie, publie « La ferveur et le doute », une biographie de Gratien Gélinas en 2 tomes.

 

 

1999

Gratien Gélinas meurt le 16 mars à l’âge de 89 ans.

 

 

2009

Pour célébrer le centenaire de son célèbre grand-père, Anne-Marie Sicotte récidive en publiant un livre sur Gratien Gélinas, « Gratien Gélinas en images ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses rôles au théâtre

 

Année

Titre de la pièce (auteur s’il y a lieu)

Lieu ou compagnie de production

  

1931

L’académicien (Daniel Auchitsky)

Les Anciens du Collège de Montréal

1931

Les petits oiseaux

Les Anciens du Collège de Montréal

1931

Moi et Tonton Laganec

Les Anciens du Collège de Montréal

1932

Blérot (Léopold Houlé et Paul Lecointe)

Monument National

1932

Maison neuve (Victorien Sardou)

Les Anciens du Collège de Montréal

1933

Vient de paraître (’Édouard Bourdet)

Les Anciens du Collège de Montréal au Festival dramatique Bessborough

1933

Thespis en panne

Montreal Repertory Theater

1933

Les deux canards (Tristan Bernard)

Les Anciens du Collège de Montréal

1933

Le cœur a ses raisons (Français De Flers et Callaivet)

Montreal Repertory Theater

1934

Les grands garçons (Paul Géraldy)

Les Anciens du Collège de Montréal au Festival dramatique Bessborough

1934

Le cheval de course (Henri Letondal)

Montreal Repertory Theater

1934

Antoinette

Montreal Repertory Theater

1934

Le pharmacien

Montreal Repertory Theater

1934-1935

Rente viagère 

Les Anciens du Collège de Montréal

1934-1935

Argent de suite

Les Anciens du Collège de Montréal

1935

Les murs ont des oreilles

Montreal Repertory Theater

1935

The Merry Wives Of Windsor (William Shakespeare)

Montreal Repertory Theater

1935

La petite qui voit grand 

Théâtre École

1937

Pas comme à c’t’heure ! ou Les Patriotes de 1837 à l’Exposition de Paris de 1937 (Maxence)

Troupe Mon Paris

1937

La vie en ros…se (Eddy Beaudry)

Troupe Mon Paris

1938

Fridolinons 1938 (Gratien Gélinas)

Monument National

1939

Fridolinons 1939 (Gratien Gélinas)

Monument National

1940

Fridolinons 1940 (Gratien Gélinas)

Monument National

1940

Le petit café (Tristan Bernard)

Montreal Repertory Theater

1941

Fridolinons 1941 ou La croisade du rire (Gratien Gélinas)

Monument National

1942

Fridolinons 1942 : Le tricentenaire du rire (Gratien Gélinas)

Monument National

1943

Fridolinons 1943 ou Le troisième front du rire (Gratien Gélinas)

Monument National

1944

Fridolinons 1944 : La conférence du rire (Gratien Gélinas)

Monument National

1945

Fridolinons 1945 (Gratien Gélinas)

Monument National

1945

St.Lazare’s Pharmacy (Miklos Laszlo)

Théâtre His Majesty’s de Montréal et Chicago

1946

Fridolinons 1946 : La revue des revues (Gratien Gélinas)

Monument National

1948

Tit-coq (Gratien Gélinas)

Monument National, Gesù et plusieurs autres

1956

Fridolinons 1956 (Gratien Gélinas)

 

1956

Henry V (William Shakespeare)

Festival de théâtre de Stratford

1956

The Merry Wives of Windsor (William Shakespeare)

Festival de théâtre de Startford

1959

Bousille et les justes (Gratien Gélinas)

Comédie Canadienne

1961

Bousille and the Just (Gratien Gélinas)

Comédie Canadienne

1964

Le diable à quatre

Comédie Canadienne

1966

Hier les enfants dansaient (Gratien Gélinas)

Comédie Canadienne

1967

Yesterday The Children Were Dancing (Gratien Gélinas)

Charlottetown et tournée canadienne

1967

Revue Katimavik

Expo 67

1968

Docile (Guy Dufresne)

Comédie Canadienne

1986

La passion de Narcisse Mondoux (Gratien Gélinas)

Théâtre du P’tit Bonheur de Toronto

1987

La passion de Narcisse Mondoux (Gratien Gélinas)

Théâtre du Rideau Vert et tournée

1988

The Passion of Narcisse Mondoux (Gratien Gélinas)

Tournée canadienne

 

Comme auteur

 

1938

Fridolinons 1938

 

1939

Fridolinons 1939

 

1940

Fridolinons 1940

 

1941

Fridolinons 1941

 

1942

Fridolinons 1942

 

1943

Fridolinons 1943

 

1944

Fridolinons 1944

 

1945

Fridolinons 1945

 

1946

Fridolinons 1946

 

1948

Tit-coq

 

1956

Fridolinons 1956

 

1959

Bousille et les justes

 

1964

Le diable à quatre

 

1966

Hier les enfants dansaient

 

1986

La passion de Narcisse Mondoux

 

 

Ses rôles à la télévision

 

 

 

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Rôle (s’il y a lieu)

  

1953-1957

SRC

La famille Plouffe

Pète-dans-l’trèfle

1954-1955

SRC

Les quat’ fers en l’air

Exubert Lajoie

1958

CBC

The Man In The House

(dans la série « First Performance »)

 

1969

SRC

Moi et l’autre

Lui-même (1 épisode)

1974

ORTF

L’effaceur de mémoire

(dans la série « Aux frontières du possible »)

Le docteur Vogt

1982-1987

TVA

Peau de banane

Ernest Latendresse

1984

SRC

Bonheur d’occasion

Sam Latour

1985-1987

SRC

L’agent fait le bonheur

Père du maire Bourque

1989

SRC

Les tisserands du pouvoir

Baptiste Lambert

1989

SRC

Les tisserands du pouvoir II : La révolte

Baptiste Lambert

 

* Certaines années correspondent à la durée de la série et non à la période où il y joua.

 

Ses textes et scénarios pour la télévision

 

1954-1955

SRC

Les quat’ fers en l’air

 

Ses rôles à la radio

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Rôle (s’il y a lieu)

 

1934?

CKAC

Un chômeur ingénieux

Le chômeur ingénieux

1935-1938

CKAC

Le curé de village

Lionel Théberge

1937

CKAC

Nous sommes en vacances

Gustave

1937-1938

CKAC

Le Carrousel de la gaieté

Fridolin

1938-1940

CKAC

Le train de plaisir

Fridolin

1942

CKAC

Les fourberies de Scapin (de Molière)

Scapin

   

* Certaines années correspondent à la durée de la série et non à la période où il y joua.

 

Ses rôles au cinéma

 

Année

Titre du film

Réalisateur

  

1945

Fridolinons

Roger Blais

1947

Métropole

Arthur Burrows et Jean Palardy

1953

Tit-coq

Gratien Gélinas et René Delacroix

1970

Red

Gilles Carle

1980

Cordélia

Jean Beaudin

1985

Agnes Of God

Norman Jewinson

1985

The Canadian Conspiracy

Robert Boyd

1988

Les tisserands du pouvoir

Claude Fournier

1988

Les tisserands du pouvoir : La révolte

Claude Fournier

 

Ses textes et scénarios pour le cinéma

 

1953

Tit-coq

Gratien Gélinas et René Delacroix

 

Ses réalisations pour le cinéma

 

1943

La dame aux camélias… la vraie

1953

Tit-coq (avec René Delacroix à la mise en scène)

 

Les livres et documents qu’il a publiés

 

Année

Titre

Éditeur

Genre

  

1950

Tit-coq

Les Quinze

Théâtre

1960

Bousille et les justes

Les Quinze

Théâtre

1961

Bousille and the Just

Clarke Irwin

Théâtre

1967

Yesterday The Children Were Dancing

Clarke Irwin

Théâtre

1967

Tit-coq

Clarke Irwin

Théâtre

1968

Hier les enfants dansaient

Léméac

Théâtre

1980

Les Fridolinades 1945 et 1946

Les Quinze

Théâtre

1981

Les Fridolinades 1941 et 1942

Les Quinze

Théâtre

1981

Les Fridolinades 1943 et 1944

Les Quinze

Théâtre

1987

La passion de Narcisse Mondoux

Léméac

Théâtre

1988

Les Fridolinades 1938, 1939, 1940

Les Quinze

Théâtre

1991

The Passion of Narcisse Mondoux

Anansi

Théâtre

 

Prix et hommages

 

1939

Médaille d’or de l’artiste préféré à la radio décerné par les lecteurs du journal Radiomonde pour son émission « Le train du plaisir » et son personnage de Fridolin.

1949

Grand Prix de la Société des Auteurs Dramatiques de Montréal

1950

Doctorat honorifique de l’Université de Montréal

1951

Doctorat honorifique de l’Université de Toronto

1953

Prix du meilleur film de l’année au Palmarès du Cinéma Canadien pour « Tit-coq »

1966

Doctorat honorifique de l’Université de Saskatchewan

1967

Prix Victor-Morin de la Société St-Jean-Baptiste

1967

Officier de l’Ordre du Canada

1968

Doctorat honorifique de l’Université McGill de Montréal

1969

Doctorat honorifique de l’Université du Nouveau-Brunswick

1969

Prix spécial de la Concert Society of The Perez Jewish People’s Schools

1970

Doctorat honorifique de l’Université de Trent

1973

Doctorat honorifique de l’Université Mount Allison au Nouveau-Brunswick

1985

Chevalier de l’Ordre National du Québec

1987

Diplôme d’honneur de la Conférence Canadienne des Arts à Calgary

1987

Doctorat honorifique de l’Université d’Ottawa

1989

Promu au grade de Compagnon de l’Ordre du Canada

1989

Doctorat honorifique du Collège militaire Royal de St-Jean

1989

Grand Montréalais de l’année

1990

Personnalité de l’année lors du Gala Excellence La Presse

1994

Chevalier de l’Ordre de la Pléiade remis par l’Association internationale des parlementaires de langue française

1995

Intronisé sur la Promenade des Stars

2005

Une rue de Montréal est nommée en son honneur

2012

La ville de Rimouski donne son nom à une rue

2014

Une rue de Lévis est nommée en son honneur

 

Prix Gratien-Gélinas

Prix du CEAD (Centre des Auteurs Dramatiques) décerné annuellement à un auteur de la relève pour la production d’un texte inédit.

 

Année

Récipiendaire

Titre de l’oeuvre

 

 

 

1994

Yvan Bienvenue

Marie-Line Laplante (ex-aequo)

Règlement de contes

Une tache sur la lune

1995

Serge Boucher

Motel Hélène

1997

Isabelle Hubert

Couteau… Sept façons originales de tuer quelqu’un avec

1998

Dominick Parenteau-Lebeuf

Dévoilement devant le notaire

1999

Sébastien Harrisson

Floes

2000

Stéphane Hogue

Ceci n’est pas une pipe

2001

Geneviève Billette

Le pays des genoux

2002

Philippe Ducros

2025, l’année du Serpent

2003

Emma Haché

L’intimité

2004

Pascal Lafond

Le doux parfum du vide

2005

François Godin

Je suis d’un would be pays

2006

Catherine Léger

Voiture américaine

2007

Nathalie Boisvert

Buffet chinois

2008

Justin Laramée

Transmissions

2009

Martin Bellemarre

Le chant de George Boivin

2010

Éric Noël

Faire des enfants

2011

Fabien Cloutier

Billy (Les jours de hurlement)

2012

Olivier Sylvestre

La beauté du monde

2013

Jean-Philippe Lehoux

L’écolière de Tokyo

2014

Jonathan Bernier

Danserault

2015

Marianne Dansereau

Hamster

 

Crédits et liens

 

Littérature

 

SICOTTE, Anne-Marie, « Gratien Gélinas : La ferveur et le doute tome I », Québec Amérique, 1996, 333 pages.

 

SICOTTE, Anne-Marie, « Gratien Gélinas : La ferveur et le doute tome II », Québec Amérique, 1996, 295 pages.

 

CAHIERS DE THÉÂTRE  JEU, sous la direction de Michel Vaïs, « Dictionnaire des artistes du théâtre québécois », Québec Amérique, 2008, pages 166-167.

 

COULOMBE, Michel et JEAN, Marcel, « Le dictionnaire du cinéma québécois », Éditions du Boréal, 4ième édition, 2006, pages 299-300.

 

CROTEAU, Jean-Yves, « Répertoire des séries, feuilletons et téléromans québécois – De 1952 à 1992 », Les Publications du Québec, Gouvernement du Québec, 1993, 692 pages.

 

RÉMY, Edward et VÉZINA, Marie-Odile, « Têtes d’affiche », Éditions du Printemps, 1983, pages

 

ÉCHOS-VEDETTE  Édition Spéciale, « Les 100 vedettes populaires qui ont marqués le XXè siècle »,

Communications Québécor, 2000, page 36.

 

 

Documents audio-visuels

 

INFORMACTION, en collaboration avec la Société Radio-Canada et ARTV, « Un géant aux pieds d’argile », documentaire de Pascal Gélinas, 2009, 52 minutes.

 

 

Sites internet

(Star Québec n’est pas responsable du contenu des liens proposés)

 

Site officiel

Bibliothèque et Archives Canada

L’Encyclopédie de l’Agora

Wikipédia

Les archives de Radio-Canada

Éditions de l’Hexagone

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke

Ordre National du Québec

Find A Grave

L’Encyclopédie Canadienne

The Internet Movie DataBase

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke

CEAD – Prix Gratien-Gélinas

L’île

Qui joue qui ?

 

(Veuillez nous aviser de tout lien défectueux en nous écrivant)

 

 

Le coin du consommateur

 

Acheter le livre « Gratien Gélinas en images » d’Anne-Marie Sicotte

Acheter le livre « Gratien Gélinas : La ferveur et le doute » d’Anne-Marie Sicotte

Acheter le livre « Bousille et les justes »

Acheter le livre « Hier les enfants dansaient »

Acheter le livre « Tit-coq »

Acheter le livre « La passion de Narcisse Mondoux »

Acheter le livre « Les Fridolinades 1941-1942 »

Acheter le livre « Les Fridolinades 1943-1944 »

 

 

Articles parus sur Star Québec

 

Dossier spécial

La famille de Gratien Gélinas : Une famille d’artistes !

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – Des débuts jusqu’à 1957

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1987 à 1991

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1992 à 1996

 

 

 

 

 

Fiche #219

Intronisation au Temple de la Renommée le 15 décembre 2009.

Dernière mise à jour le 11 juillet 2015.