www.starquebec.net

Retour à la page d’accueil

Retour au Temple de la Renommée

YVON

Description : http://www.agencenews.com/uploads/commonfiles/quebec/Yvon_Deschamps.jpg

DESCHAMPS

(1935 – …)

 

Sa fiche-bio

Sa discographie

Ses numéros un au palmarès

Ses autres succès de palmarès

Ses vidéoclips

Ses spectacles

Ses rôles à la télévision

Ce qu’il a animé à la télévision

Ses publicités ou causes comme porte-parole

Ses rôles au théâtre

Ses rôles au cinéma

Textes et scénarios pour la télé

Textes et scénarios pour le cinéma

Les livres et documents qu’il a publiés

Prix et hommages

Crédits et liens

  

(Source photo : Showbiz.net)     

 

 

 

 

 

Sa fiche-bio

Dans la fiche-bio, vous trouverez les œuvres les plus marquantes de sa carrière.

La liste complète de ses œuvres se trouve dans les tableaux subséquents.

 

 

1935

Naissance le 31 juillet à Montréal, dans le quartier ouvrier de St-Henri.

 

Son père : Avila Deschamps est dessinateur industriel et se spécialise dans le dessin des brevets d’invention.

 

Sa mère : Anna Leduc, femme au foyer, passe beaucoup de temps à s’amuser avec ses enfants.

 

Il a deux frères, Gilles et Denis.

 

 

1952

En douzième année, il quitte l’école, ne voyant aucun avenir possible avec la simple éducation reçu.

 

 

1953

Après un an de chômage, il devient messager à la discothèque de Radio-Canada. C’est là qu’il découvre le monde du spectacle et qu’il rêve de devenir comédien. Il s’inscrit à des cours privés avec François Rozet, Georges Groulx et Paul Buissonneau.

 

 

1957

Il fait sa première apparition au théâtre, dans « Andromaque », présenté par le Théâtre Universitaire Canadien.

 

 

1957

Il joint la troupe de théâtre ambulant La Roulotte, dirigée par Paul Buissonneau, qui se produit pour les enfants dans les parcs de la ville de Montréal au cours de l’été.

 

 

1958

Fort de sa nouvelle carrière artistique, il quitte son poste de messager à Radio-Canada.

 

 

1959

Il participe à sa première émission télévisée, « The Desperate Search », à CBC, le réseau anglais de Radio-Canada. Peu de temps après, la même année, il fait ses débuts au réseau français dans la série « CF-RCK ».

 

 

1960

Il joue dans quelques épisodes de la série pour enfants « Picolo » à Radio-Canada.

 

 

1961

Il se marie avec la comédienne Mirielle Lachance.

 

 

 

Puisque Claude Léveillée est un ami de Mirielle Lachance, épouse d’Yvon, le chansonnier lui demande d’être son batteur dans ses spectacles de boîtes à chansons.

 

 

1963

Il ouvre un restaurant, le Fournil, sur la rue St-Paul dans le Vieux-Montréal.

 

 

1964

Il fonde le Théâtre de Quat’Sous avec Paul Buissonneau, Jean-Louis Millette, Claude Léveillée et Louise Latraverse.

 

 

1964

Son restaurant le Fournil est ravagé par un incendie. Persévérant, il rebâtit.

 

 

1966

Il ouvre un autre restaurant, le St-Amable.

 

 

1966

Après avoir déménagé le Fournil à la Place Jacques-Cartier, une scène y présente des spectacles. L’une des habituées de la place est l’humoriste Clémence Des Rochers. Pour elle, l’endroit est rebaptisée La Boîte à Clémence et prend le virage « boîte à chansons ».

 

  

 

À cette même époque, Clémence Des Rochers lui écrit un rôle pour ses revues, celui d’un ouvrier qui ne rêve que d’un « bon boss et d’une job steady ». Il reprendra ce personnage dans plusieurs de ses spectacles au fil des années.

 

 

1966

Le cinéaste Jean-Claude Lord lui offre son premier rôle important au cinéma dans le film « Délivrez-nous du mal ».

 

 

1967

Son mariage avec Mirielle Lachance se solde par un échec et il divorce.

 

 

1968

Il participe à un événement marquant de la vue culturelle québécoise, « L’Osstidcho », mis en scène par Paul Buissonneau. Cette revue présentée au Théâtre de Quat’Sous met aussi en vedette Robert Charlebois, Louise Forestier et Mouffe.

 

 

 

C’est dans le cadre de « L’Osstidcho » qu’il présente pour la première fois un de ses propres monologues. Il obtient un énorme succès avec ce monologue qui s’intitule « Les unions, qu’ossa donne ? » qui devient un classique de l’humour.

 

 

1968

Il quitte le monde de la restauration et des affaires de façon abrupte alors qu’il est forcé de déclarer faillite.

  

 

1969

Il lance un premier album d’humour, « Les unions qu’ossa donne » sur lequel il grave des monologues mémorables, dont « Pépère » et « Nigger Black ».

 

 

1969

Il présente son premier spectacle solo au Théâtre Patriote où il présente son monologue « Le bonheur », un autre grand classique de son répertoire.

 

 

1970

Il touche à la chanson en enregistrant la pièce « Aimons-nous ». Même si la chanson ne défonce pas les palmarès, elle demeure une pièce importante de l’histoire de la chanson québécoise.

 

 

 

Il enregistre les monologues « Dans ma cour » et « Câble TV ».

  

 

1970

On le voit dans le film « Deux femmes en or » où il tient un petit rôle, celui du réparateur de téléphone.

 

 

1971

Il se marie à une chanteuse de Toronto, Judi Richards, avec qui il fonde une famille. Fervent nationaliste, son mariage à une canadienne anglaise lui inspire des monologues sur l’histoire du Canada.

 

 

1972

Une nouvelle chanson humoristique marque sa carrière, « Les fesses ». Elle sera d’ailleurs plus tard reprise en France par les Frères Jacques.

 

 

1973

Désirant explorer de nouveaux horizons, il fait mourir sur scène son personnage de l’ouvrier naïf.

 

 

1975

Pendant neuf mois, il présente son spectacle « L’histoire sainte » en tournée au Québec. Il tente même une percée sur le marché anglophone et présente, sans succès, un spectacle en Californie.

 

 

 

Il participe, avec Gilles Vigneault et Louise Forestier, au spectacle « Happy Birthday », présenté sur le Mont-Royal dans le cadre de la Fête Nationale des Québécois. C’est dans le cadre de ce spectacle que la chanson « Gens du pays » est créée et devient l’hymne des anniversaires au Québec.

 

 

1976

Il fait partie d’un autre spectacle à grand déploiement, « 1 fois 5 », qu’il offre en compagnie de Gilles Vigneault, Jean-Pierre Ferland, Claude Léveillée et Robert Charlebois. Présenté dans le cadre de la Fête Nationale des Québécois, le spectacle tient l’affiche sur le Mont-Royal à Montréal et sur les Plaines d’Abraham à Québec. L’album tiré de ce spectacle remporte même le Grand prix de l’Académie Charles-Cros en France.

 

 

1977

Aux côtés de Rita Lafontaine, il tient le rôle principal du film « Le soleil se lève en retard » scénarisé par Michel Tremblay et réalisé par André Brassard.

 

 

1979

Pour la première fois, l’un de ses spectacles, présenté à la Place des Arts, reçoit des critiques dévastatrices et est boudé par le public.

 

 

1980

Il anime avec brio la deuxième édition du gala de l’ADISQ. L’expérience est si concluante qu’il animera aussi les galas subséquents. Au total, il anime 5 galas consécutifs dans les années 80.

 

 

1981

Malgré une pré-vente difficile, il renoue avec le succès grâce à son spectacle « C’est tout seul qu’on est le plus nombreux ».

  

 

1982

Pendant deux semaines, il tient l’affiche du Théâtre de la Ville à Paris.

 

 

1983

Il annonce sa tournée d’adieu comme monologuiste avec la présentation de son spectacle « Un voyage dans le temps ». Heureusement, il se ravisera plus tard.

 

 

1985-1989

Il anime la série humoristique « Samedi de rire », une émission composée de sketches où il joue aux côtés de Pauline Martin, Normand Chouinard, Michèle Deslauriers et Normand Brathwaite.

 

 

 

C’est dans le cadre de « Samedi de rire » qu’il crée un autre de ses célèbres personnages, celui de Ti-Blanc Lebrun, un homme de la campagne qui raconte des légendes modernes en jouant de l’harmonica et qui finit toujours par l’avaler.

 

 

1985

Il participe avec plusieurs artistes québécois à l’enregistrement de la chanson « Les yeux de la faim » de la Fondation Québec-Afrique au profit des victimes de la famine en Éthiopie.

  

 

1987

L’ADISQ lui décerne le trophée hommage pour l’ensemble de sa carrière.

 

 

1989

Fort du succès de « Samedi de rire », il écrit et joue dans une comédie quotidienne, « CTYVON », qui raconte l’histoire d’employés d’une station de télévision fictive. L’échec est retentissant et la série est retirée des ondes du jour au lendemain, sans préavis.

 

 

1992

Après 8 ans d’absence sur scène, Yvon Deschamps renoue avec sa carrière de monologuiste en présentant le spectacle « U.S. qu’on s’en va ». Il donne 140 représentations de ce nouveau spectacle.

 

 

1992

Le 30 novembre, son père Avila décède.

 

 

1993-1994

Pendant deux années consécutives, il anime le gala de l’ADISQ.

 

 

1994-1997

Il anime des galas dans le cadre du Festival Juste pour rire.

 

 

1994

Alors qu’il anime le Festival Juste pour rire, on lui présente un hommage surprise pour lui remettre le Prix Victor pour l’ensemble de sa carrière.

 

 

1995

Il anime le spectacle de la Fête Nationale des Québécois.

 

 

1995

Pendant deux semaines, il se produit au Théâtre de la Ville de Paris.

 

 

1996

Avec son épouse Judi Richards, il achète le Manoir Rouville-Campbell de Mont St-Hilaire en Montérégie. Cette auberge offre également des spectacles dans une petite salle intime pouvant contenir 300 spectateurs.

 

 

1996

Le 31 décembre, il fait partie de la revue humoristique de l’année, « Bye-bye 1996 », présenté cette année-là en direct de Chicoutimi.

 

 

1999

L’industrie de l’humour au Québec a maintenant son propre gala pour récompenser ses artisans, le gala des Olivier. Yvon Deschamps est le premier récipiendaire de l’Olivier hommage.

 

 

2000

Il présente le spectacle « Comment ça 2000 ? » à guichets fermés au Théâtre Corona de Montréal et au Palais Montcalm de Québec avant de l’offrir en tournée québécoise.

 

 

2001

Le premier ministre Bernard Landry le décore de l’Ordre National du Québec.

 

 

2006

Il vend le Manoir Rouville-Campbell.

 

 

2007

Dans le cadre du Festival Juste pour rire, on présente un gala spécial où on lui rend hommage. Il en profite pour annoncer qu’il prend sa retraite de la scène.

 

 

2010

Une pièce de théâtre basée sur ses monologues voit le jour. Dans « La mort du boss », c’est Benoît Brière qui reprend le rôle de l’employé fidèle à son bon boss dans une mise en scène de Dominic Champagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa discographie

 

1969

Les unions qu’ossa donne

1969

L’argent … ou le bonheur

1969

Québec love (album de Robert Charlebois avec qui il interprète « La fin du monde »)

1970

Le p’tit Jésus / Le fœtus

1971

Câble TV

1971

Son enfance (45 tours biographique)

1972

On va s’en sortir

1972

La sexualité

1973

La libération de la femme

1974

Mon boss, ma job pis ma p’tite bière tranquille (compilation)

1974

La Deschampsmanie (compilation)

1974

Bill 22

1975

Corridor (album de Gaston Brisson sur lequel il interprète « À la claire fontaine »)

1975

L’histoire sainte

1976

1 fois 5 (avec Gilles Vigneault, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Robert Charlebois)

1977

Yvon Deschamps en anglais

1977

Théâtre Maisonneuve – Complet

1979

Yvon Deschamps

1982

C’est tout seul qu’on est le plus nombreux

1983

Chabicouin à la ferme (conte musical pour enfants)

1983

Les Félix 1983 (album collectif sur lequel il interprète « Tu te vantes »)

1987

Yvon Deschamps

1987

La fugue du petit poucet (conte musical pour enfants Richard Gotainer, Fabienne Thibeault, Frédéric Brossoit, Marie Eykel, Renaud, les Enfants d’Asnières, Jacques Higelin et les B.B.)

1991

Yvon Deschamps 1969 à 1973 (coffret compilation)

1991

Yvon Deschamps 1975 à 1988 (coffret compilation)

1993

Au nom de l’amour (compilation)

1993

U.S. qu’on s’en va

1997

La passion du rire (album collectif sur lequel il interprète « Le fœtus »)

1999

Yvon Deschamps au Manoir Rouville-Campbell

2003

Comment ça 2000, 2001, 2002 ?

2004

Aimons-nous (album collectif reprenant différentes versions de sa chanson)

2011

75 ans, 75 chansons (album collectif sur lequel il interprète « Aimons-nous »)

 

 

Ses disques 45 tours

 

 

1968

La fin du monde / Down in The South (extrait de « L’Osstid’cho » avec Robert Charlebois, Mouffe et Louise Forestier)

1969

C’est ben normal / La grosse Charlotte

1971

Allô, allô / Les noces de la fille du boss

1971

Deschamps raconte son enfance, sa jeunesse / Deschamps raconte sa carrière (inséré dans le livre « Yvon Deschamps » de Jean V. Dufresne)

1975

La même gigue / Chacun dit je t’aime (avec Gilles Vigneault, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Robert Charlebois)

1977

I Don’t Know Why, I Don’t Know How / Instrumental

1977

Je l’aime, oh oui je l’aime / Oublions

1982

Mon ami / Tu te ventes

 

Ses numéros un au palmarès

(Chansons ayant atteint la première place sur un palmarès québécois)

 

1985

Les yeux de la faim (avec la Fondation Québec-Afrique)

 

Ses autres succès de palmarès

(Chansons ayant atteint au moins une quinzième place sur un palmarès québécois)

 

1972

La noce de la fille du boss

1978

Je l’aime oh oui je l’aime

 

Ses vidéoclips

 

1985

Les yeux de la faim (avec la Fondation Québec-Afrique)

2004

Aimons-nous (vidéo collectif)

 

Ses spectacles

 

1963

Le kid s’en va-t-en guerre (revue musicale)

1967

Le monde sont drôles (revue de La Boîte à Clémence)

1967

Sois toi-même (revue de La Boîte à Clémence)

1968

L’Osstidcho (revue avec Robert Charlebois, Louise Forestier et Mouffe)

1969

Théâtre Patriote

1969

Spectacle avec Louise Forestier

1969

Moi, ma môman m’aime (revue musicale avec Louise Forestier, Gilbert Chénier et Pauline Julien)

1969

Attends ta délivrance (revue musicale avec Louise Forestier, Gilbert Chénier et Judi Richards)

1970

Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts

1972

On va s’en sortir

1973-1974

La libération de la femme

1974

Allô, salut, comment ça va ?

1975-1976

L’histoire sainte

1975

Happy Birthday (spectacle de la Fête Nationale avec Gilles Vigneault et Louise Forestier)

1976

1 fois 5 (avec Gilles Vigneault, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Robert Charlebois)

1977

Complet

1979-1980

Yvon Deschamps en spectacle

1981-1982

C’est tout seul qu’on est le plus nombreux

1983-1984

Un voyage dans l’temps

1992-1993

U.S. qu’on s’en va

1994

Spectacle de la Fête Nationale du Québec

1999

Yvon Deschamps au Manoir Rouville-Campbell

2000-2002

Comment ça 2000 ?

2004-2005

Judi et Yvon font une scène (avec Judi Richards)

2008

Viens chanter ton histoire (animateur de ce spectacle présenté sur les Plaines d’Abraham dans le cadre du 400ième anniversaire de la ville de Québec)

 

Ses rôles au théâtre

 

Année

Titre de la pièce (auteur s’il y a lieu)

Lieu ou compagnie de production

  

1957

Andromaque

Théâtre Universitaire Canadien

1958

Orion, le tueur

Festival d’art dramatique

1958

La bande à Bonneau

Festival d’art dramatique

1958

Les femmes savantes (Molière)

Théâtre Universitaire Canadien

1959

Pierre et le loup

La Roulotte

1959

L’entrée du cirque

La Roulotte

1960

Barbe Bleue

La Roulotte

1960

Arlequin, chanteur de rue

La Roulotte

1960

Malbrough s’en va-t-en guerre

Théâtre de la Poudrière

1960

Le manteau de Galilée

L’Orphéum

1960

La femme douce (Dostoïevski)

L’Egrégore

1961

Les douze coups de minuit (André Obey)

Gesù

1962

Chambre 110 (Jacques Bobet)

 

1962

L’ABC de notre vie (Jean Tardieu)

 

1963

Comedia dell’arte

La Roulotte

1963

Le roi Dagobert

La Roulotte

1963

Le roman de Renart

La Roulotte

1963

Les moyens de locomotion

La Roulotte

1963

Le manteau de Galilée

 

1964

Le cirque aux illusions 

Théâtre de Repentigny

1964

La jument du roi

Théâtre de Repentigny

1964

Le chat botté

La Roulotte

1964

Cinéma muet

La Roulotte

1964

La puce

La Roulotte

1964

Les gueux au paradis

Théâtre du Rideau Vert

1965

Les Fantastiks

Théâtre du Nouveau Monde

1974

L’ouvre boîte (Victor Lanoux)

Théâtre du Nouveau Monde et Trident

1983

Tapage nocturne

Théâtre du Nouveau Monde

 

Ses rôles à la télévision

 

 

 

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Rôle (s’il y a lieu)

  

1959

CBC

The Desperate Search

 

1959

SRC

CF-RCK

 

1959-1963

SRC

Le grand duc

 

1959-1962

SRC

Ouragan

Jean Gagnon

1960

SRC

Picolo

 

1961

SRC

Le courrier du Roy

Maniki

1961

SRC

La boîte à surprise

 

1961-1962

SRC

Le mors aux dents

Bernard Locas

1961

TVA

La boutique de monsieur Nicolas

Valentin

1962

SRC

Kermesse

 

1965

SRC

Hyménée (téléthéâtre)

 

1967-1968

SRC

D’Iberville

Zachary Robutel, sieur de la Noue

1968

SRC

Sol et Gobelet

 

1981

SRC

Du tac au tac

Yvon Deschamps (1 épisode)

1988

TQS

Rock et Belles Oreilles

(1 épisode)

1989-1990

SRC

CTYVON

Yves Lamarche

1991

SRC

La cour à Jean-Marc

 

1996

SRC

Bye-Bye 1996

 

1999

SRC

La petite vie : Le bogue de l’an 2000

Lui-même

2007-2008

TVA

Taxi-022

Rogatien Dubois Sr

 

* Certaines années correspondent à la durée de la série et non à la période où il y joua.

 

Ses textes et scénarios pour la télévision

 

1996

SRC

Bye-Bye 1996

 

Ce qu’il a animé à la télévision

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Genre

 

1978

 

Salut Champlain

(émission pour le 370ième anniversaire de Québec)

 

1980-1984

SRC

Le gala de l’ADISQ

Remise de prix

1985-1989

SRC

Samedi de rire

Humour

1988

SRC

Le gala de l’ADISQ (avec Dominique Michel, Denise Filiatrault, Jean-Pierre Ferland, Ding et Dong (Claude Meunier et Serge Thériault) et André-Philippe Gagnon)

Remise de prix

1993-1994

SRC

Le gala de l’ADISQ

Remise de prix

1996-1997

SRC

Le gala de l’ADISQ

Remise de prix

 

Ses publicités ou causes comme porte-parole

 

1966

Esso

1969

L’Assurance maladie du Québec

1969

Oxfam-Québec

1972-1978

Oxfam-Québec

1972

Les fabricants de cidre

1973

L’aide juridique

1973-1976

L’Office de la protection du consommateur

1989

General Motors

1992

Société de l’Assurance Automobile du Québec (J’t’aime assez que je vais t’attacher)

1995

Rona l’entrepôt

2009

Porte-parole de la campagne de financement de la fondation du CHUM

 

Défi Sportif

 

Le Chaînon

 

Fondation Yvon-Deschamps

 

Ses rôles au cinéma

 

Année

Titre du film

Réalisateur

  

1962

Louis-Hippolyte Lafontaine

Pierre Patry

1964

Trouble-fête

Pierre Patry

1966

Délivrez-nous du mal

Jean-Claude Lord

1970

Deux femmes en or

Claude Fournier

1971

Tiens-toi bien après les oreilles à papa

Jean Bissonnette

1972

Le p’tit vient vite

Louis-Georges Carrier

1973

Yvongélisation (documentaire)

Gérard Le Chêne et Jean-Claude Bürger

1977

Le soleil se lève en retard

André Brassard

 

Ses textes et scénarios pour le cinéma

 

1972

Le p’tit vient vite

Louis-Georges Carrier

 

Les livres et documents qu’il a publiés

 

Année

Titre

Éditeur

Genre

  

1973

Monologues

Leméac

Humour

1975

Monologues

 

Humour

1981

Six ans de monologues 1974-1980

Inédi

Humour

1984

C’est la vie (Textes d’Yvon Deschamps et photos de Pierre Rivard)

Éditions du Trécarré

Humour

1998

Tout Deschamps : Trente ans de monologues et de chansons

Lanctôt

Textes

2011

Le petit livre bleu

Duchesne et du rêve

Extraits et citations

 

Prix et hommages

 

1969

Prix du meilleur disque humoristique au Festival du Disque pour l’album « Les unions qu’ossa donne »

1972

Personnalité de l’année dans le domaine artistique lors du Gala des Artistes

1977

Grand Prix de l’Académie Charles-Cros pour l’album « 1 fois 5 » avec Gilles Vigneault, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Robert Charlebois.

1983

Lors du gala de l’ADISQ, Félix de l’album de l’année – Humour pour « C’est tout seul qu’on est le plus nombreux »

1987

Félix hommage lors du Gala de l’ADISQ

1993

Lors du gala de l’ADISQ, Félix du meilleur scripteur de spectacle de l’année pour « U.S. qu’on s’en va »

1994

Lors du gala de l’ADISQ, Félix de l’album de l’année – Humour pour « U.S. qu’on s’en va »

1994

Prix Victor du Festival Juste pour rire

1995

Hommage de la Bourse Rideau

1999

Lors du gala de l’ADISQ, Félix de l’album de l’année – Humour pour « Yvon Deschamps au Manoir Rouville-Campbell »

1999

Olivier hommage

2001

Chevalier de l’Ordre National du Québec

2006

Lors du gala de l’ADISQ, Félix du spectacle de l’année – Humour pour « Judi et Yvon font une scène »

 

Crédits et liens

 

Littérature

 

COUILLARD, Jean, « Répertoire des succès de la chanson francophone 1950-2003 », Stanké – Québécor

Média, 2003, 511 pages.

 

COULOMBE, Michel et JEAN, Marcel, « Le dictionnaire du cinéma québécois », Éditions du Boréal, 4ième édition, 2006, pages 203-204.

 

CROTEAU, Jean-Yves, « Répertoire des séries, feuilletons et téléromans québécois – De 1952 à 1992 », Les

Publications du Québec, Gouvernement du Québec, 1993, 692 pages.

 

RÉMY, Edward et VÉZINA, Marie-Odile, « Têtes d’affiche », Éditions du Printemps, 1983, pages 131-134.

 

THÉRIEN, Robert et D’AMOURS, Isabelle, « Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992 », Institut Québécois de la Recherche sur la Culture (IQRC), 1992, pages

 

ÉCHOS-VEDETTE  Édition Spéciale, « Les 100 vedettes populaires qui ont marqués le XXè siècle »,  Communications Québécor, 2000, page 109-110.

 

 

Documents audio-visuels

 

GSI MUSIQUE et LES PRODUCTIONS CENT DÉTOURS, « Yvon Deschamps volume 1 : Les années 60-70 », coffret DVD, 2004, durée approximative de 957 minutes.

 

GSI MUSIQUE et LES PRODUCTIONS CENT DÉTOURS, « Yvon Deschamps volume 2 : Les années 70-80 », coffret DVD, 2005, durée approximative de 380 minutes.

 

GSI MUSIQUE et LES PRODUCTIONS CENT DÉTOURS, « Yvon Deschamps volume 3 : Les années 80-90 », coffret DVD, 2006, durée approximative de 786 minutes.

 

GSI MUSIQUE et LES PRODUCTIONS CENT DÉTOURS, « Yvon Deschamps volume 4 : Les années 90-00 », coffret DVD, 2006, durée approximative de 386 minutes.

 

PRODUCTIONS JUSTE POUR RIRE, « Les grandes entrevues Juste pour rire », animation de Stéphan Bureau, réalisation de Stéphane Rocheleau, 2007, 68 minutes.

 

 

Sites internet

(Star Québec n’est pas responsable du contenu des liens proposés)

 

Le Parolier

Les archives de Radio-Canada

The Internet Movie DataBase

Wikipédia

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke

Émissions.ca

La Roulotte

Biographie 7 Jours

 

(Veuillez nous aviser de tout lien défectueux en nous écrivant)

 

 

Le coin du consommateur

 

Acheter le coffret DVD « Yvon Deschamps volume 1 : Les années 60-70 »

Acheter le coffret DVD « Yvon Deschamps volume 2 : Les années 70-80 »

Acheter le coffret DVD « Yvon Deschamps volume 3 : Les années 80-90 »

Acheter le coffret DVD « Yvon Deschamps volume 4 : Les années 90-00 »

Acheter le coffret DVD « Yvon Deschamps volume 5 : Les années 2000 »

Acheter le coffret DVD « Yvon Deschamps : Intégrale 1958-2008 »

Acheter le DVD « Les Parlementeries 2008 »

Acheter le coffret CD « Yvon Deschamps de 1969 à 1973 »

Acheter le CD « U.S. qu’on s’en va »

Acheter le livre « Le petit livre bleu : extraits et citations, 1968-2008 »

Acheter le livre « Yvon Dechamps : J’en peux plus de parler de moi-même » de Claude Paquette

Acheter le livre « Yvon Deschamps : Un aventurier fragile » de Claude Paquette

Acheter le livre « Universel Yvon Deschamps ? » de Claude Paquette

 

 

Articles parus sur Star Québec

 

Novembre 2006

Les DVD du mois de novembre : « Yvon Deschamps volume 4 : Les années 1990 à 2000 »

Juillet 2008

Yvon Deschamps préside un karaoké géant !

Dossier spécial

La vague, du cinéma érotique !

Dossier spécial

« Le Bye-Bye » : Une tradition du nouvel an !

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1972 à 1976

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1982 à 1986

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1987 à 1991

 

 

 

 

 

Fiche #197

Intronisation au Temple de la Renommée le 31 juillet 2009.

Dernière mise à jour le 20 août 2014.