www.starquebec.net

Retour à la page d’accueil

Retour au Temple de la Renommée

GERRY

BOULET

( Gérald Boulet)

(1946 – 1990)

 

Sa fiche-bio

Sa discographie

Ses numéros un au palmarès

Ses autres succès de palmarès

Ses vidéoclips

Ses spectacles

Ses rôles au cinéma

Prix et hommages

Distribution de « Gerry »

Crédits et liens

  

 (Source photo : Envol 91FM)    

 

 

 

 

 

Sa fiche-bio

Dans la fiche-bio, vous trouverez les œuvres les plus marquantes de sa carrière.

La liste complète de ses œuvres se trouve dans les tableaux subséquents.

 

 

1946

Naissance le 1er mars à 2h35 AM, à l’Hôpital de St-Jean-sur-Richelieu, sous le nom de Gérald Boulet.

 

Son père : Georges Boulet, un soudeur, travaillera surtout comme livreur pour la Dominion Blank Book Company.

 

Sa mère : Charlotte Provost.

 

Il a un frère aîné, Denis.

 

Il a une sœur cadette, Diane.

 

La famille habite sur le rue Cousins à St-Jean-sur-Richelieu.

 

 

 

Très jeune, il apprend la musique en se joignant à une fanfare.

 

 

1959

Dure année pour les Boulet : juste au moment où ils s’apprêtent à déménager sur la rue St-Gabriel, Georges Boulet perd son emploi. Les difficultés financières ne s’en trouvent que plus grandes. De plus, après un mauvais coup fait par Gérald et sa bande d’amis, mauvais coup qui nécessita l’intervention d’un policier, on décide de place Gérald au pensionnat. Il poursuivra donc ses études au Juvénat St-Jean-Baptiste.

 

 

1961

Denis, le frère de Gérald, forme un groupe avec Roland Lambert, Jean-Paul Vincent et Réal Fortin. Le groupe, appelé les Double Tones, se produit dans les salles de danse, plutôt nombreuses à l’époque.

 

 

1962

En février, devant le déclin constant de ses résultats scolaires, Gérald quitte les études. Il s’intéresse aux répétitions des Double Tones qui se déroulent dans la cuisine de ses parents. Parfois, il ressort sa trompette pour les accompagner. Au fil des répétitions, les autres membres du groupe l’invitent à se produire sur scène avec eux.

 

 

1962

Voulant éliminer le côté folklorique de leur groupe, Gérald et Denis Boulet ainsi que Réal Fortin délaissent leurs compagnons Lambert et Vincent et forment un nouveau groupe avec Fernand Hébert. Les Twistin’ Vampires obtiennent un contrat de 5 soirs par semaine à l’Hôtel Maurice de Cowansville pour tout l’été 1962. C’est à ce moment que Gérald chante pour la première fois sur scène.

 

 

 

Les groupes musicaux commencent à foisonner au centre du Québec et en Montérégie. Soucieux de ses démarquer, les frères Boulet travaillent d’arrache-pied. La tension semble trop forte pour Réal Fortin qui quitte le groupe à la fin de l’été.

 

 

 

Parallèlement à sa carrière de musicien, Gérald travaille en usine.

 

 

1962

À la fin de l’été, le groupe change de nom et s’appelle désormais les Fabulous Kernels. Un nouveau guitariste se joint à eux, Bernard Lamoureux. En 1964, le groupe devient simplement les Kernels.

 

 

1964

Ils s’associent à Jean-Paul Brodeur qui devient leur gérant. Celui-ci les incite à changer le nom du groupe. Comme la mode est aux groupes à costumes (comme César et les Romains, les Classels, les Gendarmes ou encore les Excentriques avec leurs cheveux roses), ils décident de porter des gants blancs et de s’appeler Les Gants Blancs. Louis Campbell, saxophoniste, est également membre du groupe.

 

 

1964

En novembre, les Gants Blancs enregistrent leur premier 45 tours. Gérald y chante « Pas cette chanson », une reprise de Johnny Hallyday, ainsi que l’un de leur composition, « Que font-ils de l’amour ? ». Malheureusement, le disque n’obtient pas le succès escompté.

 

 

1965

Malgré l’échec de ventes de leur 45 tours, le disque permet aux Gants Blancs d’acquérir une certaine renommée. Ainsi, le 12 février, ils sont invités à se produire pour la première fois à Montréal. Ça se passe au Centre de danse Chez Golden.

 

 

1965-1966

Les Gants Blancs ont leur propre émission de télévision à CHLT-TV à Sherbrooke. L’émission s’intitule « Ça claque avec les Gants Blancs ». Cette émission de télé leur permet d’être à une autre émission, l’une des plus célèbres de l’époque, « Jeunesse d’aujourd’hui ».

 

 

1965

En novembre, les Gants Blancs se retrouvent sur scène avec les Sultans.

 

 

1965

Il fait plus ample connaissance avec une admiratrice qu’il avait remarquée, Denise Croteau. Il commence à lui faire la cour et la fréquente assidûment.

 

 

1966

Le 23 novembre, Denis et Gérald Boulet ouvrent une salle au centre commercial de St-Jean-sur-Richelieu, le Guibou. Cette salle accueille parfois des musiciens, d’autres soirs des chansonniers, ou encore l’endroit peut devenir une discothèque.

 

 

1966

Les Gants Blancs enregistrent leur deuxième 45 tours incluant la chanson « Je n’aime que toi ».

 

 

1967

Les Gants Blancs travaillent beaucoup, mais leur renommée reste locale. Ils n’arrivent pas à être aussi connus que les Bel Canto, les Hou-Lops ou les Sultans, d’autres groupes du même style qui trônent en tête des palmarès. Pour tenter de percer davantage, ils enregistrent un nouveau disque avec Tony Roman comme producteur. Lorsque le 45 tours paraît, le nom des Gants Blancs n’y figurent pas. L’interprète est plutôt indiqué comme étant Géraldo. Comme si Gérald avait voulu voler la vedette, le froid s’installe entre les membres du groupe. Gérald affirme que c’était l’idée de Tony Roman, mais la lumière ne sera jamais vraiment faite à ce sujet.

 

 

 

Un à un, Bernard Lamoureux, Fernand Hébert et Louis Campbell quittent les Gants Blancs. Ils sont remplacés par Rick Horner à la guitare et Mario Brodeur à la basse.

 

 

1968

En février, Denise Croteau apprend qu’elle est enceinte de Gérald. Devant la nouvelle, Gérald s’empresse de demander Denise en mariage.

 

 

1968

Le 24 juin, Gérald Boulet et Denise Croteau se marient en l’église Sts-Martyrs-Canadiens de Victoriaville. Le couple s’installe à Granby.

 

 

1968

Le 12 novembre, naissance de son fils Justin.

 

 

1968

Les Gants Blancs congédient leur gérant Jean-Paul Brodeur. Désormais, Gérald s’occupera lui-même de la destinée du groupe.

 

 

1968

CHLT-TV confie une nouvelle émission de télévision aux Gants Blancs, « Bonsoir copains ».

 

 

1968

Le départ du bassiste Michel Brodeur permet d’engager Michel Lamothe au sein du groupe les Gants Blancs. Michel est relativement connu puisqu’il est le fils du célèbre chanteur western Willie Lamothe. D’ailleurs ses copains le surnomment tous Willie en référence à son célèbre papa.

 

 

 

C’est à cette époque que le surnom de Gerry reste accolé à Gérald et restera son nom de scène jusqu’à la fin de sa vie.

 

 

1969

Les Gants Blancs comptent un nouveau guitariste, Jean Gravel, surnommé Johnny.

 

 

 

C’est à cette époque que Gerry réalise un vieux rêve : acheter un orgue Hammond B-3 qu’il utilisera dorénavant dans sa musique. Pour réaliser ce projet, il peut compter sur l’aide financière de Willie Lamothe qui lui avance l’argent dont il a besoin.

 

 

1969

Les Gants Blancs effectuent une tournée avec Bruce Huard qui fait maintenant carrière en solo depuis la dissolution des Sultans. Au terme de cette tournée, avec Bruce Huard comme deuxième chanteur, ils forment momentanément le groupe La Septième Invention.

 

 

1970

Le groupe Les Gants Blancs est bel et bien mort, mais les membres du groupe souhaitent continuer de travailler ensemble. C’est ainsi que Gerry Boulet, Denis Boulet, Michel Lamothe et Jean Gravel forment un nouveau groupe, Offenbach Pop Opera. Ils font la connaissance de Pierre Harel à qui ils demandent de composer des chansons et de se joindre à eux. Il leur écrit « Jeannine », une chanson de rock pur et solide, ainsi que « Câline de blues », un blues en français, ce que Gerry croyait impossible.

 

 

 

Alors que l’élan créatif de Gerry et des membres du Offenbach Pop Opera est à son meilleur, Gerry et sa petite famille déménagent à St-Jean-sur-Richelieu.

 

 

1972

Le groupe Offenbach Pop Opera voit officiellement le jour avec le lancement de l’album « Offenbach Soap Opera ». L’originalité de l’album se trouve dans sa pochette qui peut se déplier pour devenir une boîte de savon. Outre « Câline de blues », le premier titre du groupe à jouer à la radio, l’album comprend également la chanson « Faut que je me pousse ». Même si ces titres sont devenus aujourd’hui de grands classiques de ce groupe, le succès n’est pas immédiatement au rendez-vous. Seulement 4000 exemplaires de ce premier album trouvent preneur.

 

 

 

Lysa Lafontaine agit comme une sorte de gérante du groupe Offenbach Pop Opera avec Lucien Ménard.

 

 

 

Le succès attend le groupe pour qui l’alcool et la drogue coule à flot.

 

 

 

Épuisé d’être toujours à court financièrement et voulant s’établir plus sérieusement et se marier, Denis Boulet décide de quitter le groupe. Il est remplacé par Roger Belval que les autres membres surnomment Wézo. À la même époque, René Malo s’occupe de la carrière du groupe.

 

 

1972

Le 30 novembre, le groupe, qui est maintenant devenu tout simplement Offenbach, organise une messe à l’Oratoire St-Joseph. La cérémonie religieuse est présidée par Yvon Hubert, un prêtre aux idées avant-gardistes, tandis qu’Offenbach s’occupe de la partie musicale comme s’il s’agissait d’un spectacle. Même si les critiques sont dures à l’endroit du groupe, la publicité entourant l’événement ouvre des portes au groupe de rock.

 

 

1973

Le spectacle de l’Oratoire fait l’objet d’un album, « Saint-Chrome de Néant ».

 

 

1973

Fort de la réputation acquise lors du spectacle de l’Oratoire, Offenbach est en demande pour se produire à différents endroits, même en France où ils reprennent le grand classique d’Édith Piaf, « L’hymne à l’amour » en version rock. Ils enregistrent également la trame musicale du film « Bulldozer ».

 

 

1973

En août, le cinéaste français Claude Faraldo invite Offenbach à séjourner en France. Il accepte de les loger, de les nourrir et de veiller à ce qu’ils ne manquent de rien en échange de leur consentement à vivre devant la caméra pour les bénéfices d’un documentaire. Ils acceptent et s’envolent donc pour la France où ils habitent une maison de Garches.

 

 

 

C’est en arrivant chez les Faraldo que Gerry fait la connaissance de Françoise Faraldo, la sœur du cinéaste Claude Faraldo. Il est tout de suite ébloui et comprend que c’est la femme de sa vie. Même si Denise et Justin ont suivi Gerry en France, un nouveau couple se forme discrètement entre Gerry et Françoise.

 

 

1974

Les engagements sont difficiles à décrocher pour Offenbach en France et le tournage du film de Faraldo tarde à débuter. La lassitude se fait sentir et les tensions montent entre Gerry et Claude Faraldo qui sont continuellement à couteaux tirés. De plus, juste avant que le tournage commence, Pierre Harel annonce qu’il quitte le groupe.

 

 

1974

En février, le tournage du film « Tabarnac » débute enfin et les membres d’Offenbach trouvent un plaisir fou à en mettre plein la vue avec des comportements grossiers et vulgaires. En avril, une tournée de plusieurs villes de France s’entame et la caméra continue de les suivre.

 

 

1975

Le film « Tabarnac » sort finalement en salle en France. Encore une fois, le succès n’est pas au rendez-vous. Cependant, au Québec, ce film ne tient pas l’affiche. Les Québécois devront attendre plusieurs années avant que le film ne refasse surface.

 

 

1975

Avant que Gerry ne quitte la France, il se sépare de Denise afin de vivre pleinement sa passion avec Françoise.

 

 

1975

À leur retour au Québec, Offenbach poursuit ses engagements en se produisant sur plusieurs scènes. Ils entament également une tournée en compagnie de Lucien Francoeur et son groupe Aut’Chose. La tournée s’achève à la Salle Maisonneuve de la Place des Arts.

 

 

1975

Offenbach lance l’album « Tabarnac » qui comprend des pièces enregistrées en spectacle lors de leur tournée française. On y retrouve notamment « L’hymne à l’amour » et « Promenade sur Mars ».

 

 

1976

Lucien Ménard quitte à son tour la gérance d’Offenbach. Francine Loyer le remplace. Elle propose au groupe de faire un album en anglais. Malgré les réticences, « Never Too Tender » est lancé en octobre pour percer au Canada anglais. Malheureusement, cette tentative s’avère infructueuse, malgré quelques spectacles à Toronto, Winnipeg et Vancouver.

 

 

1977

Pour faire oublier rapidement a mésaventure de l’album anglophone, le groupe lance un nouveau disque appelé tout simplement « Offenbach ». Pour cet album, Pierre Harel est de retour dans l’entourage du groupe, non pas pour monter sur scène avec eux, mais pour leur offrir les chansons « Chus un rocker » et « Le blues me guette ». Par ailleurs, Gerry se fait remarquer en interprétant une pièce écrite par Gilbert Langevin, qui lui sied à merveille, « La voix que j’ai ».

 

 

1977

En coulisses, les choses ne vont pas aussi bien. Comme pour les vieux couples, on finit parfois par se taper sur les nerfs. Certains membres du groupe ne s’entendent plus. Michel Lamothe et Roger Belval décident de quitter le groupe. Jean Gravel choisit de rester avec Gerry. Et comme c’était son père qui avait financé l’achat de l’orgue d’Offenbach, Michel Lamothe l’emporte avec lui, ce qui brise littéralement le moral de Gerry.

 

 

1977

Lors du dernier concert d’Offenbach, au Café Campus, Michel Lamothe, Roger Belval et Pierre Harel annoncent qu’ils formeront un nouveau groupe appelé Corbeau.

 

 

 

Gerry cherche à relancer le groupe Offenbach. Il organise des auditions pour trouver de nouveaux musiciens. Ils engagent le guitariste de blues Jean Millaire, le bassiste Norman Kerr et le batteur Pierre Lavoie.

 

 

1978

8 mois après leurs débuts avec Offenbah, Jean Millaire et Norman Kerr décident de quitter eux aussi. Remplacés brièvement par Doug McCaskill, c’est finalement Breen Leboeuf et John McGale qui prirent leur place au sein du groupe.

 

 

 

Pendant l’enregistrement de l’album « Traversion », le batteur Pierre Lavoie quitte à son tour. Il est remplacé par Robert Harrison.

 

 

 

À la même époque, Gerry Boulet fait la connaissance d’un nouveau parolier, Pierre Huet, qui écrit 8 des 10 pièces de leur nouvel album, « Traversion ».

 

 

1979

En février, le lancement de l’album « Traversion » annonce l’un des plus grands succès du groupe, celui qui se vend le plus du moins. On y retrouve des pièces comme « J’ai l’rock’n’roll pis toé », « Ayoye » et une reprise de « Quand les hommes vivront d’amour ». Mais le plus grand succès de l’album demeure « Mes blues passent pus dans porte », une chanson écrite par Pierre Huet.

 

 

1979

En mars, Offenbach se produit en spectacle avec Vic Vogel et son band. Le spectacle est un succès. Cette association donne l’idée d’enregistrer l’album « En fusion ».

 

 

1979

Lors du tout premier gala de l’ADISQ, Offenbach remporte le trophée Félix de l’album rock de l’année pour « Traversion ».

 

 

1980

L’album « En fusion » qu’il enregistre avec Vic Vogel se vend à plus de 50 000 copies et devient ainsi le premier disque d’or en carrière du groupe Offenbach.

 

 

1980

Offenbach devient le premier groupe québécois à offrir un spectacle au Forum de Montréal. C’est la consécration.

 

 

1980

Offenbach offre un spectacle à la Place des Nations en compagnie de Chuck Berry.

 

 

1980

Lors du Gala de l’ADISQ, Offenbach récolte trois prix : celui de l’album rock de l’année, du spectacle de l’année et celui du groupe de l’année.

 

 

1980

Pour mousser la sortie de l’album « Rock Bottom », le groupe Offenbach effectue une tournée en France.

 

 

1980

Toujours soucieux du bien-être de son ex-femme Denise et de leur fils Justin, Gerry reste en contact avec eux. Denise avait refait sa vie, mais lorsqu’elle se sépare de son nouveau conjoint, Gerry est présent et il lui arrive même de partager à nouveau son intimité. C’est ainsi que son ex-femme Denise devient à nouveau enceinte de Gerry.

 

 

1981

Le 19 juin, naissance de sa fille Marianne, né de sa liaison avec son ex-femme Denise.

 

 

 

Malgré les incartades de Gerry avec son ex-femme, François Faraldo reste auprès de lui, non pas sans avoir été blessée par la grossesse de Denise. Elle pardonna à son homme et devint bientôt enceinte à son tour.

 

 

1981

Offenbach participe à la tournée « Québec Rock » qui se produit partout au Québec en compagnie du groupe Garolou et de Zachary Richard. Un peu plus tard, Joe Cocker se joint à la tournée.

 

 

1982

Bob Harrison choisit de poursuivre sa carrière en solo. Il est donc remplacé par Pat Martel au sein du groupe Offenbach.

 

 

1982

Le 26 février, naissance de sa fille Julie, issue de son union actuelle avec Françoise Faraldo.

 

 

1983

Lancement de l’album « Tonnedebrick » qui marque un virage encore plus rock pour Offenbach.

 

 

1983

Offenbach effectue une tournée conjointe avec Plume Latraverse, « À fond d’train », qui donne également lieu à un album du même titre. La tournée se rend même jusqu’au Forum de Montréal où Offenbach se produit pour la deuxième fois.

 

 

1984

Offenbach n’est pas mort, mais Gerry tient à élaborer un album en solo, son premier en carrière. Il lance donc « Presque 40 ans de blues » qui est littéralement démoli par la critique. L’album ne se vend pas et l’aventure se termine de façon désastreuse.

 

 

1985

Après l’échec de sa carrière solo, Gerry reprend du service avec Offenbach. Le groupe lance un nouvel album, « Rockorama ». Malgré un bon accueil pour la chanson « Seulement qu’une aventure », l’engouement du public est moins vigoureux et les prestations sur scène se font plus rares.

 

 

1985

D’un commun accord, les membres d’Offenbach décident de mettre un terme à la vie du groupe. Ils se produisent donc lors de deux spectacles d’adieu : l’un au Colisée de Québec le 25 octobre et l’autre au Forum de Montréal le 1er novembre. Pour la troisième fois, Gerry se produit au Forum, fait rare pour un artiste québécois.

 

 

 

Autant il a été adulé en tant que leader du groupe Offenbach, autant Gerry doit recommencer au bas de l’échelle lorsque le groupe se dissout. Il doit chanter dans des bars, accompagné de Johnny Gravel et de Michel Gélinas. Au lieu de sa célèbre B-3, il doit maintenant jouer sur un piano électronique Yamaha.

 

 

1987

En compagnie de d’autres poètes des temps modernes, il participe à l’album « Café Rimbaud ». Chaque artiste présent sur l’album présente une version personnalisée de la même pièce. On y retrouve Michel Rivard, Stephen Faulkner, Marie Bernard et plusieurs autres.

 

 

1987

Gerry Boulet se sent maintenant prêt à travailler à nouveau sur un album solo. Il reçoit d’ailleurs deux très belles chansons pour cet album : « La femme d’or » écrite par Michel Rivard et « Un beau grand bateau » signée Denise Boucher.

 

 

 

Au moment où il travaille sur son prochain album solo, Gerry ressent des malaises physiques de plus en plus persistants. Les douleurs abdominales sont très intenses. Françoise le force à consulter un médecin après avoir découvert du sang dans ses selles.

 

 

1987

Au moment où il s’inquiète pour son état de santé, Gerry apprend le décès de son père, Georges Boulet, le 26 août.

 

 

1987

En octobre, le diagnostic tombe : Gerry Boulet est atteint d’un cancer du côlon. Il doit subir une chirurgie pour enlever la tumeur. Lors de l’opération, on découvre que la maladie s’est propagée au foie où des métastases sont visualisées. Il doit donc entreprendre des traitements de chimiothérapie.

 

 

1988

En rémission, Gerry est plus décidé que jamais à profiter de la vie à fond. Il planche son projet d’album solo avec l’aide de son nouveau gérant, Ian Tremblay. Pour éviter le cuisant échec déjà connu, on veut miser sur des éléments forts dans ce projet. C’est ainsi que vient l’idée de faire un duo avec Marjo, l’ex-chanteuse du groupe Corbeau. Gerry a souvent eu des mésententes avec elle puisque Corbeau et Offenbach étaient en compétition pour le même public. De plus, Gerry avait mal accepté que des compagnons d’Offenbach joignent les rangs de Corbeau. Ce duo avec Marjo se veut donc un genre de réconciliation. Marjo et Gerry Boulet enregistre ensemble la chanson « Les yeux du cœur » qui deviendra un énorme succès.

 

 

1988

Le 4 octobre, lancement officiel de l’album « Rendez-vous doux ». Le premier extrait radiophonique sera la chanson « Angela ». Gerry est heureux, mais la sortie de l’album survient au moment même où il apprend que ses lésions ont foie ont progressé. La maladie gagne du terrain.

 

 

1988

Lors du Gala de l’ADISQ, Marjo et Gerry Boulet chantent « Les yeux du cœur ». C’est la seule fois qu’ils feront la chanson sur scène ensemble.

 

 

 

L’équipe de gérance de Gerry Boulet travaille fort à organiser la tournée « Rendez-vous doux ». Pour la plupart des gens, Gerry est associé au rock pur et dur et on doit convaincre les propriétaires de salles de spectacles que le rocker s’est beaucoup assagi.

 

 

1989

Au moment où il connaît un grand succès avec la chanson « Toujours vivant », la tournée « Rendez-vous doux » bat son plein. Mais Gerry est de plus en plus malade et doit parfois annuler des concerts, ce qui déçoit le public et coûte cher à l’équipe de Gerry Boulet qui doit rembourser les frais.

 

 

1989

Gerry Boulet n’a jamais été aussi populaire. L’album « Rendez-vous doux » est certifié disque d’or pour la vente de 50 000 copies en quelques mois à peine. Puis, 10 mois après le lancement, il reçoit un disque de platine pour la vente de 100 000 exemplaires. Mais Gerry a un nouveau projet. Il commence à enregistrer des chansons pour une tragédie musicale écrite par Denise Boucher, « Jézabel ».

 

 

1989

À l’automne, il doit annuler sa tournée pour subir de nouveaux tests. Devant la réapparition du cancer colo-rectal, il doit être opéré et subir une colostomie.

 

 

1989

Lors du Gala de l’ADISQ, il est récompensé de deux trophées, l’un pour le meilleur album rock et l’autre pour le spectacle. Malgré la maladie qui évolue, il trouve la force de se rendre chercher ses prix sur scène.

 

 

1990

Le succès de « Rendez-vous doux » se prolonge. Cette fois, ce sont les chansons « Un beau grand bateau » et « Pour une dernière fois » qui grimpent les palmarès.

 

 

1990

En mars, il accorde une entrevue à Claude Charron pour « Le match de la vie ». Il y parle de sa maladie. Ce sera sa dernière présence à la télévision. Désormais, Gerry Boulet est condamné par la maladie.

 

 

1990

Le 28 mai, il épouse Françoise Faraldo lors d’une cérémonie courte et intime au Palais de justice de Montréal.

 

 

1990

Le 25 juin, il est hospitalisé. Cependant, il demande de retourner à la maison pour y mourir. Après avoir organisé les soins à domicile, il peut quitter l’hôpital le 2 juillet.

 

 

1990

Le 18 juillet, à 9 heures 20 minutes, Gerry Boulet s’éteint paisiblement chez-lui à l’âge de 44 ans.

 

 

1990

La foule acclame Gerry Boulet pour une dernière fois lors de ses funérailles à l’Église St-Antoine de Longueuil.

 

 

1990

Lors du Gala de l’ADISQ, Gerry Boulet reçoit deux prix à titre posthume : celui de la chanson la plus populaire de l’année pour « Un beau grand bateau » de même que le Félix Hommage qu’on lui décerne pour l’ensemble de sa carrière. Françoise Faraldo reçoit les trophées en son nom.

 

 

1991

Un après la mort de Gerry, son souvenir est toujours bien présent. Mario Roy publie une biographie de Gerry intitulée « Avant de m’en aller ». De plus, l’album « Presque 40 ans de blues » est réédité avec quelques ajouts sous le titre de « Gerry ». Échec lamentable lors de sa sortie originale, l’album reçoit un meilleur accueil cette fois et la chanson « City Night » tourne à la radio.

 

 

1994

« Jézabel » restera toujours l’œuvre inachevée de Gerry Boulet. Dan Bigras reprend le projet et le complète en reprenant le matériel déjà enregistré par Gerry et en comptant également sur la participation de Ginette Reno. La chanson « Le chant de la douleur » joue beaucoup à la radio.

 

 

2003

Sa mère Charlotte décède le 30 mai à l’âge de 91 ans.

 

 

2011

La vie et la carrière de Gerry Boulet font l’objet d’un film réalisé par Alain Desrochers. C’est le comédien Mario St-Amand qui prête ses traits au chanteur dans le film « Gerry ».

 

 

2011

La ville de St-Jean-sur-Richelieu, où est né Gerry Boulet, donne son nom à l’un de ses parcs, situé à l’intersection des rues Frontenac et Champlain.

 

 

2015

Le samedi 18 juillet, jour du 25ième anniversaire de décès de Gerry Boulet, son fils Justin offre un spectacle où il interprète les grands succès de son père au Parc Gerry-Boulet à St-Jean-sur-Richelieu. De plus, à 21h00 ce même jour, la plupart des stations de radio du Québec diffuse simultanément la chanson « Toujours vivant » à la mémoire de Gerry Boulet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa discographie

 

1984

Presque 40 ans de blues

1987

Café Rimbaud (album collectif)

1988

Rendez-vous doux

1990

Gerry (réédition de « Presque 40 ans de blues » avec quelques ajouts)

1991

Boulevard des grands succès (album collectif sur lequel il interprète « Toujours vivant »)

1994

Jezabel (comédie musicale inachevée)

1996

Gerry Boulet en rappel (compilation)

2003

Les grands duos (album collectif sur lequel il interprète « Les yeux du cœur » avec Marjo)

2004

Boom Desjardins (album sur lequel Boom Desjardins interprète « Pour une dernière fois » dans un duo virtuel avec Gerry Boulet)

2004

Pour le meilleur et pour le pire (album collectif sur lequel il interprète « Les yeux du cœur » avec Marjo)

2005

Chansons d’épouvante (album du groupe Aut’Chose avec qui il interprète « On achève bien les rockeurs »)

2009

Rock le Québec (album collectif sur lequel il interprète « Toujours vivant »)

2010

Les duos d’amour (album collectif sur lequel il interprète « Les yeux du cœur » avec Marjo)

2010

Marjo et ses hommes volume 2 (album de Marjo avec qui il interprète « Les yeux du cœur »)

2013

Les duos Tandem (album collectif sur lequel il interprète « Les yeux du cœur » avec Marjo)

 

Ses disques 45 tours et simples

 

1967

Ne mentons pas / Ma fille (sous le nom de Géraldo)

1988

Angéla / Instrumental

1988

Les yeux du cœur (avec Marjo) / Instrumental

1989

Toujours vivant / Instrumental

1989

La femme d’or / Instrumental

1989

Un beau grand bateau / Instrumental

1990

Une dernière fois / Instrumental

1990

City Night / Leurre du temps

1994

Le chant de la douleur

1994

Le chant de l’exil

1994

Le chant de l’amour

1996

Homme d’asphalte

 

Ses numéros un au palmarès

(Chansons ayant atteint la première place sur un palmarès québécois)

 

1981

Le reflet de ma vie (par Gerry Boulet et les Red Hots)

1989

La femme d’or

1989

Toujours vivant

1989

Les yeux du cœur (avec Marjo)

1990

Un beau grand bateau

 

Ses autres succès de palmarès

(Chansons ayant atteint au moins une quinzième place sur un palmarès québécois)

 

1984

Pendant qu’j’suis là qui t’aime

1984

Le roi d’la marchette

1988

Angela

1990

Une dernière fois

1991

City Night

1994

Le chant de l’exil

1994

Le chant de la douleur

 

Ses vidéoclips

 

1988

Toujours vivant

1989

La femme d’or

1990

Une dernière fois

 

Ses spectacles

 

1986

Tournée des bars du Québec avec Johnny Gravel, Michel Gélinas et Carl Tremblay

1988-1989

Rendez-vous doux

 

Ses rôles au cinéma

 

Année

Titre du film

Réalisateur

  

1975

Tabarnac (documentaire sur Offenbach)

Claude Faraldo

 

Autres

 

 

 

 

1962-1964

Membre du groupe Les Double Tones

1964-1969

Membre du groupe Les Gants Blancs

1969-1985

Membre du groupe Offenbach

 

Prix et hommages

 

1989

Trois Félix lors du gala de l’ADISQ :

- Album de l’année – Rock pour « Rendez-vous doux »

- Spectacle de l’année – Rock pour « Rendez-vous doux »

- Émission de télévision de l’année – Chanson pour « Rendez-vous avec Gerry »

1990

Deux Félix lors du gala de l’ADISQ :

- Chanson la plus populaire de l’année pour « Un beau grand bateau »

- Trophée hommage pour l’ensemble de sa carrière

1995

Ordre des Chevaliers de la Pléiade de la francophonie

2000

Une rue de Montréal est nommée à sa mémoire

2006

La ville de Prévost nomme une rue en son honneur

2008

La chanson « Mes blues passent pus dans porte » écrite et composée par Gerry Boulet, Pierre Huet et Breen Leboeuf est proclamée « Classique de la SOCAN »

2011

La ville de St-Jean-sur-Richelieu inaugure le Parc Gerry-Boulet à l’intersection des rues Champlain et Frontenac

2013

Inauguration du Parc Gerry-Boulet sur la rue Marcel-Trudel à Longueuil.

 

Distribution de « Gerry »

« Gerry » est un film d’Alain Desrochers sorti en 2011.

 

Rôle

Interprète

 

Gerry Boulet

Mario Saint-Amand

François Faraldo

Capucine Delaby

Johnny Gravel

Marc-François Blondin

Denis Boulet

Louis-David Morasse

Denise Croteau

Madeleine Péloquin

Charlotte Boulet

Érika Gagnon

Georgie Boulet

Luc Proulx

Breen Leboeuf

Eugene Brotto

Willie

Mathieu Lepage

Pierre Harel

Éric Bruneau

John McGale

Jonas Tomalty

Wezo

Roberto May

Alain Simard

Stéphane Archambault

Béranger Dufour

Normand Daneau

Docteur Jolivet

Hugo Dubé

Marjo

Maxime Morin

Agent de sécurité

Matthew Boylan

Réalisatrice

Nathalie Cavezzali

Danseuse Candy

Pascale Gagnon

Blonde de Johnny

Vanessa Gauvin-Brodeur

Carole

Annabelle Guichard

Amie de Carole

Ariane Legault

Amie de Carole

Joëlle Plourde

Blonde française de Willie

Aurélie Morgane

Acteur / régisseur

Mike Gregory Dagenais

 

Crédits et liens

 

Littérature

 

ROY, Mario, « Avant de m’en aller », Art Global, 1991, 524 pages.

 

COUILLARD, Jean, « Répertoire des succès de la chanson francophone 1950-2003 », StankéQuébécor

Média, 2003, 511 pages.

 

THÉRIEN, Robert et D’AMOURS, Isabelle, « Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992 », Institut Québécois de la Recherche sur la Culture (IQRC), 1992, pages 45-47.

 

 

Documents audio-visuels

 

SOCIÉTÉ RADIO-CANDA, « Salut Gerry », réalisation de Clodine Galipeau, 1990?, 45 minutes.

 

 

Sites internet

(Star Québec n’est pas responsable du contenu des liens proposés)

 

Site officiel

Angelfire

Québec info musique

Le Parolier

Wikipédia

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke

Rétro jeunesse 60 – Les Gants Blancs

Francoidentitaire

Musicomania

L’Encyclopédie Canadienne

The Internet Movie DataBase

 

(Veuillez nous aviser de tout lien défectueux en nous écrivant)

 

 

Le coin du consommateur

 

Acheter le livre « Avant de m’en aller » de Mario Roy

Acheter le DVD du film « Gerry »

Acheter le CD « Rendez-vous doux »

Acheter le CD « Gerry Boulet en rappel »

Acheter le CD « Jézabel »

Acheter le CD « Les grands duos »

Acheter le CD « Rock-o-rama » d’Offenbach

Acheter le CD « Saint-Chrome de Néant » d’Offenbach

Acheter le CD « Coup de foudre » d’Offenbach

Acheter le CD « Bulldozer » d’Offenbach

Acheter le CD « Tonnedebrick » d’Offenbach

Acheter le CD « Tabarnac » d’Offenbach

Acheter le CD « Les 20 plus grands succès » d’Offenbach

 

 

Articles parus sur Star Québec

 

Juillet 2005

L’histoire de Gerry Boulet au grand écran !

Novembre 2008

Le gala de la SOCAN !

 

 

 

 

 

Fiche #186

Inscription sur le Coffre aux Souvenirs le 16 juillet 2009.

Intronisation au Temple de la Renommée le 19 juillet 2015.

Dernière mise à jour le 17 juillet 2015.