www.starquebec.net

Retour à la page d’accueil

Retour au Temple de la Renommée

 

Description : Description : Description : janette.jpg

JANETTE

BERTRAND

(1925 -     )

 

Sa fiche-bio

Sa discographie

Ses rôles à la télévision

Ses textes et scénarios pour la télévision

Ce qu’elle a animé à la télévision

Ce qu’elle a animé à la radio

Ses publicités ou causes comme porte-parole

Ses rôles au cinéma

Les livres et documents qu’elle a publiés

« Avec un grand A »

« Jamais sans amour »

Prix et distinctions

Crédits et liens

(Source photo : Société Radio-Canada)

 

 

 

 

 

Sa fiche-bio

Dans la fiche-bio, vous trouverez les œuvres les plus marquantes de sa carrière.

La liste complète de ses œuvres se trouve dans les tableaux subséquents.

 

 

1925

Naissance le 25 mars dans un quartier ouvrier de Montréal. (Certaines sources indiquent qu’elle est née le 25 janvier)

 

Son père : Joseph-Armand Bertrand est propriétaire de deux magasins de vêtements.

 

Sa mère : Alma Bédard

 

Elle est la cadette de la famille. Elle a trois frères aînés, Marcel, Jean-Jacques et Paul.

 

Elle a eu une sœur aînée, Lucette, morte de la grippe espagnole, qu’elle n’a pas connue.

 

Son grand-père maternel a vécu ses dernières années avec la famille.

 

 

 

Janette Bertrand ne garde pas un souvenir particulièrement heureux de son enfance en raison

surtout de la grande place accordée à ses frères et du peu de place laissée aux femmes.

 

 

1930

Malgré la grande pauvreté qui sévit à cette époque, sa famille est plutôt à l’aise, du moins

suffisamment pour posséder une automobile (ce qui était très rare à l’époque) et pour se

permettre de construire, en 1930, un chalet à Repentigny. Ils ont même une aide domestique,

Magella, que Janette aime comme une mère.

 

 

1932-1939

Elle fait son cours primaire à l’école Gédéon-Ouimet dirigée par les Filles du Sacré-Cœur.

Elle est une élève moyenne dont l’apprentissage est compliqué par un problème encore inconnu à cette époque, la dyslexie.

 

 

1939

En allant patiner, elle fait la connaissance de Fernand, un jeune homme pour qui elle a le béguin. Mais ce premier émoi n’est pas réciproque.

 

 

1939-1944

Elle obtient de ses parents la permission de poursuivre ses études en externat, au Pensionnat Mont-Royal, dirigé par les sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Elle suit le cours Lettres sciences.

 

 

1940

Pour la première, elle vit une relation amoureuse avec un garçon, le temps d’un été.

 

 

1941

Elle fréquente un garçon qui doit écrire pour le journal du Collège du Mont St-Louis. Elle lui offre d’écrire à sa place l’article en question. L’article est si bien écrit que le garçon en question est promu directeur du journal. Mais le garçon ne sait pas écrire et il demande à Janette de continuer à lui écrire des textes qu’il signe. Par fierté, Janette refuse et rompt avec lui.

 

 

1944-1945

Elle suit des cours de littérature et d’histoire à l’Université de Montréal. Elle a notamment pour professeur le chanoine Lionel Groulx.

 

 

1944

Après un cours d’histoire, elle fait la connaissance de Jean Lajeunesse, un étudiant des

Hautes Études Commerciales, qui gagne de l’argent de poche en jouant dans des radioromans.

 

 

 

Les contrats à la radio se faisant de plus en plus nombreux, Jean Lajeunesse doit laisser tomber ses études pour se consacrer à son métier de comédien. Janette le rejoindra régulièrement dans les studios où elle fait la connaissance de plusieurs comédiens de l’époque, dont Janine Sutto, Jean Duceppe, Monique Miller, Roger Garceau et Juliette Huot.

 

 

 

Sa mère, ayant toujours eu une santé fragile, est de plus en plus malade. Cette fois, elle est atteinte de tuberculose. La famille déménage donc à St-Sauveur pour lui permettre de se rétablir plus sainement. Ils vivent dans une maison louée pour l’hiver.

 

 

 

Elle fait sa première prestation publique en lisant un poème de sa composition au spectacle

de la Société du bon parler français qui a lieu au chalet du Mont-Royal.

 

 

1945

En deuxième année d’université, on lui offre d’écrire un sketch humoristique pour une revue.

Elle écrit l’histoire d’un couple d’amoureux et joue elle-même le sketch avec Jean Lajeunesse.

 

 

 

Ayant terminé et réussi ses études, elle commence d’abord par donner des cours de diction à des enfants de son quartier. Finalement, le journal hebdomadaire « Le Jour » l’engage et publie un de ses poèmes à chaque semaine. Après quelques semaines, elle réunit tous ses poèmes et publie le recueil « Mon cœur et mes chansons ».

 

 

 

À l’automne, souffrant de toux persistante, elle passe des examens médicaux : comme sa mère, elle est maintenant atteinte de tuberculose. La maladie exige son hospitalisation et un séjour de 10 mois en sanatorium.

 

 

1946

En juin, sa mère meurt de la tuberculose. Après la mort de celle-ci, monsieur Bertrand emmène sa fille Janette dans un camp en bois rond au Saguenay, où elle passe l’été en compagnie de Magella, la servante de la famille. Lorsqu’elle revient au sanatorium en septembre, elle est guérie. Janette reprend donc ses activités.

 

 

 

Avec Jean Lajeunesse, elle joue dans « Métropole », un court-métrage documentaire de l’Office National du Film du Canada.

 

 

1947

Le 22 mai, Janette et Jean se marient à l’église St-Eusèbe de Verceil. Puisque Jean est toujours aux études à temps partiel et qu’à part quelques contrats occasionnels, il n’a pas d’emploi sérieux, le jeune couple va demeurer chez monsieur Bertrand.

 

 

 

Peu de temps après le mariage, Janette est enceinte. Le couple déménage donc dans un

appartement à lui pour avoir plus d’intimité. En décembre, après 7 mois de grossesse,

elle accouche de jumelles. L’une d’elle meurt à la naissance, l’autre meurt peu de temps après.

 

 

 

La mort des jumelles est un dur coup pour le couple. Janette traverse une période de dépression si difficile que Jean la quitte. Comprenant la situation, il revient toutefois à la maison auprès de sa femme.

 

 

1948

Pierre Péladeau achète le Journal de Rosemont et offre à Janette d’y travailler comme journaliste. À cette époque, on commence à l’inviter dans des émissions de radio où elle donne son avis sur différents sujets.

 

 

 

Le 23 novembre, elle donne naissance à une fille qu’elle prénomme Dominique.

 

 

1949

Elle développe un projet d’émission pour la radio de Radio-Canada. « Déjeuner en musique » est présenté le matin de neuf heures à dix heures. Elle y écrit des sketches. Mais comme il est difficile pour une femme de percer dans le milieu à cette époque, elle doit signer les textes « Jean Lajeunesse et Janette Bertrand » pour que l’idée de l’émission soit acceptée, et ce, même si Jean ne collabore pas aux textes. En plus d’écrire les textes, elle anime l’émission avec Jean.

 

 

1951

Le 17 janvier, elle accouche d’une deuxième fille, Isabelle.

 

 

 

Au cours de l’été, Janette et Jean sont choisis pour jouer un jeune couple dans le film « La petite Aurore l’enfant martyre » de Jean-Yves Bigras. Le film sort en 1952.

 

 

 

En septembre, ils ont un nouveau contrat pour la station de radio CKAC. Ils y animent ensemble « Jean et Janette ».

 

 

 

Janette et Jean se font construire une maison à St-Lambert sur la rive sud de Montréal et y

déménagent leur petite famille.

 

 

1953

Elle participe à un film de Fernand Seguin pour promouvoir l’électrification rurale.

 

 

1953-1969

Elle écrit déjà des articles féministes sous le couvert de la chronique « Opinions de femmes » pour le Petit Journal lorsque le patron lui propose de rédiger un courrier du cœur. Après hésitations, elle finit par accepter devient la responsable de la chronique « Le refuge sentimental », un courrier du cœur qu’elle rédigera jusqu’en 1969.

 

 

1954

À l’été, elle anime seule une émission de radio.

 

 

1954-1960

En septembre 1954, Janette aborde un nouveau média, la télévision. Elle a un contrat de 52 semaines pour une émission hebdomadaire de 15 minutes, « Toi et moi », qui présente des scènes humoristiques mettant en vedette un couple dans leur quotidien. Janette Bertrand écrit les textes. Janette et Jean jouent en direct le couple vedette. D’autres comédiens, comme Olivette Thibault et Michel Noël se joignent à eux.

 

 

 

La série obtient un tel succès qu’elle garde l’antenne jusqu’en 1960.

 

 

 

Au cours de la série « Toi et moi », Janette et Jean deviennent les premiers comédiens à jouer des scènes de lit dans le même lit. À cette époque, même pour les Américains, il était mal vu de paraître  à la télé dans le même lit, alors on utilisait des lits jumeaux. L’audace de Janette et Jean vaut des dizaines de lettres de protestation à Radio-Canada.

 

 

1954-1959

Elle est panélistes au jeu télévisé « Chacun son métier » de Radio-Canada, animé successivement par Louis Morrisset et Fernand Seguin. Dans ce jeu, les panélistes, dont fait aussi partie Nicole Germain, doivent deviner le métier d’un invité mystérieux en lui posant différentes questions.

 

 

1958

Le 29 décembre, elle participe au spectacle bénéfice « N’ajustez pas votre appareil » pour

venir en aide aux réalisateurs en grève de Radio-Canada. Elle participe aussi à plusieurs autres

événements du genre où elle joue une scène de couple avec Jean Lajeunesse.

 

 

 

Pour son courrier « Le Refuge sentimental », elle reçoit et publie la lettre d’une femme désespérée de cherche l’amour. En guise de réponse, elle demande aux hommes intéressés de lui écrire. Quelques mois plus tard, la dame a retrouvé le bonheur. Janette a donc l’idée d’offrir dans le Petit Journal un service de rencontres pour les âmes esseulées. C’est ainsi que naît une nouvelle forme de chronique, « L’agence matrimoniale », que le Petit Journal publiera jusqu’en 1971.

 

 

 

Pour faciliter ses déplacements de plus en plus nombreux dans la métropole, le couple

Lajeunesse-Bertrand vend sa maison de St-Lambert et déménage à Westmount.

 

 

1959

Le 26 décembre, elle accouche d’un garçon qu’elle appelle Martin. L’accouchement est provoqué le vendredi afin qu’elle puisse faire l’émission de « Toi et moi » le jeudi suivant.

 

 

1961-1966

Elle co-anime avec Jean Lajeunesse le jeu « Adam ou Ève » sur les ondes de la toute nouvelle

station télévisée de Montréal, Télé-Métropole. Le jeu oppose des hommes et des femmes qui s’affrontent dans des jeux de société pratiqués au Québec.

 

 

1961-1966

Suite au succès de l’émission « Adam ou Ève », Robert L’Herbier, directeur de la programmation de Télé-Métropole, lui offre d’animer une autre émission sa propre émission. C’est ainsi qu’elle prend la barre de « Comment ? Pourquoi ? », une émission où elle répond aux questionnements des adolescents, notamment en matière de sexualité.

 

 

 

Au début des années 60, elle offre un chien à son fils Martin. Elle le nomme Macaire, comme le chien de la série télévisée « Les Thibault ».

 

 

 

Parallèlement à sa carrière à la télé et dans les journaux, elle anime occasionnellement des défilés de mode.

 

 

1962

Elle part tourner un film à Hollywood en Californie pour le compte de Walt Disney. Dans le film « Big Red » qui met en vedette Walter Pidgeon, elle joue l’épouse d’Émile Genest. Quelques autres vedettes québécoises font partie de la distribution, dont Émile Genest, Georges Bouvier, Teddy Burns Goulet, Rolland Bédard et Doris Lussier.

 

 

1964

Elle est élue Miss Radio-Télévision par les lecteurs du journal Télé-Radiomonde, consécration suprême pour les artistes de l’époque.

 

 

1966-1969

Toujours à Télé-Métropole, pendant trois saisons, elle anime une émission quotidienne en

après-midi, « L’École du bonheur ». Des lettres venues du public servent de canevas pour

improviser des sketches. Parmi les comédiens qui ont participé à cette aventure, nommons entre autres Juliette Huot, Denis Drouin, René Caron, Pierre Dufresne et Denise Proulx.

 

 

1969

S’inspirant du courrier du cœur qu’elle rédige, Robert Charlebois et Mouffe grimpent au palmarès avec la chanson « Cœur en chômage » aussi connue sous le titre de « Madame Bertrand ».

 

 

1969-1974

Radio-Canada lui commande une série dramatique. Elle crée donc « Quelle famille » qui connaît un immense succès. En plus d’écrire les textes de cette comédie dramatique centrée sur la famille, elle tient le rôle principal de la mère de famille, Fernande Tremblay. Jean Lajeunesse tient le rôle de son mari. Deux de leurs enfants, Isabelle et Martin Lajeunesse, débutent aussi leur carrière artistique en interprétant les enfants Tremblay. Le reste de la distribution régulière se compose de Robert Toupin, Ghislaine Paradis, Joane Verne, Olivette Thibault, Michel Noël et Nana De Varennes. Pour compléter le tout, le véritable chien des Lajeunesse, Macaire, sera lui aussi en vedette dans la série.

 

 

 

« Quelle famille » connaît aussi un grand succès en Europe. Sous le titre de « Les Tremblay »,

elle est présentée en France, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg.

 

 

1979-1982

À Télé-Métropole, elle anime une nouvelle série d’émissions d’une heure tous les jours.

« Janette veut savoir », un magazine à caractère social, permet de démystifier différents sujets

en discutant avec des spécialistes de la question ou en recueillant le témoignage de gens du public.

 

 

1974

Sa fille Dominique lui donne son premier petit-fils, Olivier, né le 31 juillet.

 

 

1975

Janette Bertrand et Jean Lajeunesse animent une émission du midi à CKAC, « Mon mari et nous ». L’émission est diffusée en direct de leur salle à manger, une première.

 

 

1976-1979

Janette Bertrand écrit un nouveau téléroman pour Radio-Canada, « Grand-papa ». Si Jean Lajeunesse est encore une fois en vedette, Janette, elle, ne jouera pas cette fois-ci. Le reste de la distribution se compose plutôt de Pierre Dufresne, Jean-Louis Millette, Amulette Garneau, Rita Lafontaine, Albert Millaire et plusieurs autres.

 

 

 

Pour les textes de « Grand-papa », Janette demande à Jean de signer seule les textes qu’elle écrit seule. Depuis des années, leurs deux noms figuraient au générique, alors que Jean ne faisait que corriger les erreurs causées par la dyslexie de Janette. Jean accepte mal cette exigence.

 

 

1980

Elle tient un petit rôle dans le film de Micheline Lanctôt, « L’homme à tout faire ».

 

 

1981

Elle aborde un nouveau média alors qu’on lui offre d’écrire une pièce de théâtre. « Moi Tarzan, toi Jane » raconte l’histoire d’un couple dont l’homme aimerait bien ne pas être obligé d’être toujours celui qui est fort. Mise en scène par Janine Sutto, la pièce est jouée par Raymond Legault et Louise Turcot. Une chanson tirée de cette pièce, écrite par Luc Plamondon et chantée par Robert Charlebois, obtient un énorme succès sur les palmarès à ce moment-là, « Moi Tarzan, toi Jane ». Malgré des critiques sévères, la pièce connaît un bon succès auprès du public.

 

 

 

Pendant un certain temps, avec sa fille Dominique, elle devient bénévole pour Tel-Aide. Elle effectue de l’écoute téléphonique pour les gens en difficulté qui ont besoin de parler. Son expérience lui donne une nouvelle idée de série.

 

 

1982-1984

Elle est l’auteure des textes de la série « S.O.S. j’écoute » présenté à Radio-Québec et racontant la vie de gens qui travaillent dans un centre d’aide téléphonique. Les personnages principaux sont joués par Murielle Dutil, Gilles Renaud, Marcel Sabourin et Marie Tifo.

 

 

 

Pendant qu’elle travaille sur cette série, sa relation avec son mari s’effrite. Rien ne va plus entre eux.

 

 

 

Janette fait la connaissance du décorateur de Radio-Québec, Donald Janson. Entre eux naît discrètement une passion malgré la différence d’âge.

 

 

 

À l’invitation de Janine Sutto qui y est entraîneure, Janette Bertrand jouera dans l’équipe des verts de la Ligue Nationale d’improvisation le temps d’une saison.

 

 

 

C’est aussi au cours de cette période que son père meurt à 87 ans, suite à une pneumonie.

 

 

1983

Elle récidive en écrivant une seconde pièce de théâtre, « Dis-moi le si j’dérange ». La pièce traitant de la solitude et du suicide met en vedette Juliette Huot, seule en scène pendant une heure trente, dans une mise en scène de Janine Sutto. Encore une fois, Luc Plamondon écrit une chanson pour ponctuer la pièce, « J’ai besoin de parler » interprétée par Ginette Reno.

 

 

1984

Son divorce de Jean Lajeunesse est officiellement prononcé.

 

 

1984-1993

À l’automne 1984, elle commence à animer une nouvelle émission pour Radio-Québec.

Dans le cadre de « Parler pour parler », elle reçoit ses invités à une table pour un repas.

La nourriture et les breuvages sont servis par la comédienne Diane Jules qui, dans le rôle de

Violette, ajoute son grain de sel à la conversation. L’émission est un succès.

 

 

1986-1996

Suite au succès de « Parler pour parler », Radio-Québec lui commande des dramatiques. Elle choisit donc d’écrire sur l’amour et commence les premiers textes de la série « Avec un grand A ». La présentation des dramatiques est suivie d’une discussion sur le même sujet à « Parler pour parler ». La série garde l’antenne pendant 11 ans.

 

 

1987

Elle anime le tout premier gala des Prix Gémeaux au cours duquel l’Académie Canadienne du

Cinéma et de la Télévision récompense les artistes et artisans de la télévision québécoise

 

 

1990

À l’occasion du Salon de la Femme, on la proclame « Femme du siècle » !

 

 

1992

Elle reçoit le titre de Chevalier de l’Ordre National du Québec.

 

 

1994

Elle organise une émission spéciale pour Radio-Québec, « Ce soir on parle de sexe », dans le but de promouvoir l’utilisation du condom pour prévenir le sida. Sur la scène du théâtre Capitole de Québec, 22 comédiens jouent 11 sketches ayant pour thème le port du condom comme moyen de prévention.

 

 

1996

Suite à un changement à la direction de Radio-Québec, elle est congédiée. Pourtant, d’autres textes étaient déjà prêts pour la série « Avec un grand A ».

 

 

1997-1998

Pour Radio-Canada, elle débute une nouvelle série de dramatiques en 4 épisodes de la série

« Jamais sans amour ».

 

 

2000

Elle renoue avec l’expérience du théâtre en écrivant « Le choix », une pièce à un personnage,

jouée par Michel Forget, qui reflète les pensées secrètes d’un homme sur le point de mourir.

 

 

2000-…

Elle devient enseignante pour l’INIS (Institut National de l’Image et du Son) et transmet donc son savoir-faire à de futurs auteurs de télévision.

 

 

2000

Elle reçoit le prix du Gouverneur Général pour les arts de la scène.

 

 

2002

Elle est décorée de l’Ordre du Canada.

 

 

 

Elle participe au spectacle théâtral « Les monologues du vagin » présenté au Lion d’Or à Montréal.

 

 

2004

Lors d’un sondage TVA – Léger Marketing, elle arrive au deuxième rang des personnalités

préférées des Québécois de tous les temps, juste derrière l’ancien premier ministre René

Lévesque. Elle est ainsi la personnalité vivante la plus admirée de tous les temps.

 

 

2005-2006

Elle anime un nouveau talk-show sur les ondes de Radio-Canada, « Janette ». Pendant une heure, elle interviewe une personnalité québécoise en privilégiant dans ses questions l’angle du bonheur.

 

 

2005-2006

Elle est l’une des co-animatrices régulières du talk-show de fin d’après-midi « La fosse aux lionnes » à Radio-Canada.

 

 

2007

Elle écrit les paroles de la chanson « Berceuse pour mon fils » pour le nouvel album de la

chanteuse Céline Dion, « D’elles ».

 

 

 

Elle publie « Le bien des miens », son premier roman en carrière.

 

 

2008

Elle annonce aux médias qu’en 2006 on lui a diagnostiqué un cancer du sein deux semaines à peine avant que sa fille Dominique apprenne qu’elle souffre elle aussi de la maladie. Maintenant remises, la mère et la fille veulent sensibiliser les femmes à l’importance de passer régulièrement leur mammographie.

 

2013

En octobre, elle fait les manchettes de l’actualité après avoir écrit une lettre ouverte co-signée par 20 femmes influentes du Québec. Ce groupe de femmes, qui s’appelle les Janette, approuve le projet de charte des valeurs québécoises proposé par le gouvernement de Pauline Marois, en faveur d’un état laïc qui interdirait aux employés de la fonction publique de porter des signes religieux, dont le voile chez les femmes musulmanes. Janette et ses acolytes considèrent que les femmes musulmanes sont conditionnées par une religion qui fait reculer la cause féministe

 

 

 

 

 

 

 

  

 

   

 

 

 

 

Sa discographie

 

 

Le secret de la jeunesse avec Jean et Janette (disque d’exercices avec Jean Lajeunesse)

 

Noël pour enfants : chansons pour les enfants de 3 à 13 ans (avec Jean Lajeunesse)

 

Ses rôles à la télévision

 

 

 

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Rôle (s’il y a lieu)

  

1954-1960

SRC

Toi et moi

Janette

1969-1974

SRC

Quelle famille

Fernande Tremblay

1978

SRC

La rose des sables (dans la série « Scénario »)

Janette

1994

SRC

La petite vie (1 épisode – « Info Caro »)

Elle-même

2008

SRC

Bye-Bye 2008

 

 

Ses textes et scénarios pour la télévision

 

1954-1960

SRC

Toi et moi

1969-1974

SRC

Quelle famille

1976-1979

SRC

Grand-papa

1982-1984

Radio-Qc

S.O.S. j’écoute

1986-1996

Radio-Qc

Avec un grand A  (46 dramatiques)

1987-1991

TQS

La maison Deschênes

1997-1998

SRC

Jamais sans amour  (3 séries dramatiques de 4 ou 5 épisodes)

 

Ce qu’elle a animé à la télévision

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou de l’émission

Genre

 

1954-1959

SRC

Chacun son métier (panéliste)

Jeu

1961-1966

TVA

Adam ou Ève (avec Jean Lajeunesse)

Jeu

1961-1966

TVA

Comment ? Pourquoi ?

Magazine d’intérêt social

1966-1969

TVA

L’école du bonheur (avec Jean Lajeunesse)

Sketches improvisés

1974

TVA

Parle, parle, jase, jase (avec Jean Lajeunesse)

Talk-show

1979-1982

TVA

Janette veut savoir

Magazine d’intérêt social

1984-1994

Radio-Qc

Parler pour parler (avec Diane Jules)

Magazine d’intérêt social

1994-1996

Radio-Qc

Janette… tout court

Magazine d’intérêt social

1994

Radio-Qc

Ce soir on parle de sexe

Émission spéciale d’intérêt social

2005-2006

SRC

Janette

Talk-show

2005-2006

SRC

La fosse aux lionnes

Talk-show

 

Ce qu’elle a animé à la radio

 

Année

Diffuseur

Titre de la série ou fonction

  

1949

SRC

Déjeuner en musique (avec Jean Lajeunesse)

1975

CKAC

Mon mari et nous (avec Jean Lajeunesse)

 

Ses publicités ou causes comme porte-parole

 

2007

Salon du livre de Rimouski (co-présidente d’honneur)

 

Café Maxwell House

 

Ses rôles au cinéma

 

Année

Titre du film

Réalisateur

  

1946

Métropole

Arthur Burrows et Jean Palardy

1952

La petite Aurore l’enfant martyre

Jean-Yves Bigras

1953 ?

(Film sur l’électrification rurale) ?

Fernand Seguin

1962

Big Red

Norman Tokar

1980

L’homme à tout faire

Micheline Lanctôt

 

Les livres et documents qu’elle a publiés

 

Année

Titre

Éditeur

Genre

  

1945

Mon cœur et mes chansons

Société des Éditions Pascal

Recueil de poèmes

1959

Le refuge sentimental

Beauchemin

1959

Opinions de femmes

Beauchemin

1961

Maman, dis-moi… comment être jolie ? – à l’usage des jeunes filles en fleur et des mamans en peine

Beauchemin

1964

Maman dis-moi… tout sur les menstruations

 

1972

Les recettes de Janette et le grain de sel de Jean

Éditions du Jour

Recettes

1981

Moi Tarzan, toi Jane

Raffin

Théâtre

1983

Dis-moi-le si j’dérange

Édicompo

Théâtre

1990

Avec un grand A

Libre Expression

Texte de dramatiques

2004

Ma vie en trois actes

Libre Expression

Autobiographie

2005

Les recettes de Janette (Réédition du livre de 1972)

Libre Expression

Recettes

2007

Le bien des miens

Libre Expression

Roman

2009

Le cocon

Libre Expression

Roman

2010

Ti-Boutte

Éditions de la Bagnole

Jeunesse

2012

Lit double

Libre Expression

Roman

2013

Lit double tome 2

Libre Expression

Roman

À la découverte de mon corps – Guide pour les adolescents et leurs parents

Québec Agenda

 

« Jamais sans amour »

Les détails concernant cette série de dramatiques présentée à Radio-Canada

  

* « Le piège »  (4 épisodes)

Diffusé du 31 octobre  au 21 novembre 1997

Thème : L’amour entre un médecin et sa patiente

Distribution :

Marie Charlebois, Marcel Sabourin, Stéphane Jacques, Catherine Bégin, Benoît Gouin, Mireille Deyglun et Marie Valiquette.

 

* « L’obsession »  (5 épisodes)

Diffusé du 27 février au 27 mars 1998

Thème : L’obésité

Distribution :

Pauline Lapointe, Normand Chouinard, Michel Charrette, Albert Millaire, Danièle Bourque et Danièle Lorain.

 

* « Un peu, beaucoup, à la folie »  (4 épisodes)

Diffusé du 1er au 22 septembre 1998

Thème : La jalousie

Distribution :

Macha Limonchik, Marcel Leboeuf, Mario St-Amand, Robert Toupin, Sylvie Bourque et Normand D’Amour.

 

 

Prix et hommages

 

1964

Couronnée Miss Radio-Télévision lors du Gala des Artistes.

1987

Métrostar de la meilleure animatrice d’une émission d’information / Actualité

1988

Prix Gémeaux Profil (devenu par la suite le Grand Prix de l’Académie) pour l’ensemble de sa carrière

1989

Métrostar de la meilleure animatrice de télévision dans la catégorie « Variétés, talk-show ou

magazine » pour «Parler pour parler »

1989

Prix Gémeaux de le meilleure animatrice de série culturelle, de services ou à caractère social pour « Parler pour parler »

1990

Prix Gémeaux de le meilleure animatrice de série culturelle, de services ou à caractère social pour « Parler pour parler »

1990

Reçoit le titre de « Femme du siècle » dans le cadre du Salon de la femme.

1991

Médaille d’argent du Mouvement National des Québécois

1991

Prix Gémeaux du meilleur texte d’émission dramatique décerné pour « L’amour qui tue » dans la série « Avec un grand A »

1992

Chevalier de l’Ordre National du Québec

1995

Intronisé sur la Promenade des Stars à Montréal.

1996

Prix Gémeaux du meilleur texte d’émission dramatique décerné pour « L’étrangleuse » dans la série « Avec un grand A »

2000

Prix du gouverneur général pour les arts de la scène

2001

Métrostar Coup de cœur décerné pour l’ensemble de sa carrière

2002

Officier de l’Ordre du Canada

2003

Hommage de la Fondation Émergence pour sa contribution à la lutte contre l’homophobie

2003

Prix Condorcet du Mouvement Laïc Québécois pour sa contribution à l’évacuation de la religion de la sphère publique.

2005

Hommage lors du gala des Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias 

2006

Doctorat es lettres honoris causa de l’Université Laval

2011

Prix Guy-Mauffette (prix du Québec décerné annuellement à une personnalité de la radio ou de la télévision)

 

Crédits et liens

 

Littérature

 

BERTRAND, Janette, « Ma vie en trois actes », Libre Expression (Québécor Média), 2004, 411 pages.

 

CROTEAU, Jean-Yves, « Répertoire des séries, feuilletons et téléromans québécois – De 1952 à 1992 », Les

Publications du Québec, Gouvernement du Québec, 1993, 692 pages.

 

RÉMY, Edward et VÉZINA, Marie-Odile, « Têtes d’affiche », Éditions du Printemps, 1983, pages 10 à 12.

 

ÉCHOS-VEDETTE  Édition Spéciale, « Les 100 vedettes populaires qui ont marqués le XXè siècle », Communications Québécor, 2000, page 9

 

 

Documents audio-visuels

 

IMAVISION, « L’amour avec un grand A  coffret 1 », 10 dramatiques de Janette Bertrand en DVD, 2006, approx. 15 heures.

 

IMAVISION, « Quelle famille », la série complète en DVD, 2004, approx. 17 heures

 

 

Sites internet

(Star Québec n’est pas responsable du contenu des liens proposés)

 

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke - Janette

Bilan du siècle – Université de Sherbrooke – Jean et Janette

Émissions.ca

Wikipédia

LCN – Sondage des personnalités préférées des Québécois

Librairie Pantoute – Les recettes de Janette

Sisyphe.org – Ma vie en trois actes

The Internet Movie DataBase

Biographie 7 Jours

L’Encyclopédie Canadienne

 

(Veuillez nous aviser de tout lien défectueux en nous écrivant)

 

 

Le coin du consommateur

 

Acheter le livre « Ma vie en trois actes »

Acheter le livre « Les recettes de Janette »

 

 

Articles parus sur Star Québec

 

Avril 2005

Le carnet social – Sincères félicitations !

Septembre 2005

Le retour de Janette !

Octobre 2005

Des séries inoubliables en DVD !

Avril 2007

Une nouvelle carrière s’ouvre à Janette Bertrand !

Mai 2007

Céline Dion chante la femme !

Octobre 2008

Janette Bertrand et sa fille survivent au cancer !

Octobre 2009

Janette Bertrand récidive !

Dossier spécial

« Avec un grand A »

Diaporama

50 ans de TVA – Top-5 des magazines culturels et à caractère social

Diaporama

50 ans de TVA – Top-10 des jeux

Diaporama

50 ans de TVA – Top-15 des variétés et talk-show

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – Des débuts jusqu’à 1957

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1967 à 1971

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1972 à 1976

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 1997 à 2001

Diaporama

Les 60 ans de Radio-Canada – De 2002 à 2006

 

Remerciement spécial à Mme P. Dodier pour sa collaboration à la création de cette page

 

 

 

Fiche #16

Intronisation au Temple de la Renommée le 6 février 2007.

Dernière mise à jour le 28 juin 2014.